Bienvenue au club

Shojo, josei, yuri, yaoï... En d'autres termes voici la rubrique regroupant les genres de manga destinés à un public féminin!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9224
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Bienvenue au club

Message non lu par Koiwai » 25 avr. 2014, 08:25

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Nima Momosato est une lycéenne normale, à ceci près qu'elle a la faculté de tomber amoureuse aussi vite que son ombre, pour mieux se prendre des râteaux juste après ! Il faut dire qu'une sorte de malédiction semble la frapper : dès lors qu'elle tombe amoureuse d'un garçon, celui-ci obtient une déclaration d'une autre fille dans la foulée et sort finalement avec... Sorte de Cupidon malgré elle, la pauvre Momosato n'est pas encore au bout de ses peines, car son cas pour le moins unique suscite l'intérêt d'une autre fille : la dénommée Yoriko Mitoya, richissime fille de l'administrateur général du lycée et passionnée par l'observation des comportements humains, l'invite à rejoindre son "club d'étude de la psychologie des jeunes", un club où séjournent deux autres occupants assez particuliers : Ryô Hikawa, un otaku d'animes à la mode, et Takeshi Okinojima, un beau gosse hétéro pourtant adepte du travestissement, et qui s'avère d'ailleurs extrêmement "belle"...

Premier manga (au sens japonais du terme) des éditions Akata avec Journal d'une fangirl, Bienvenue au club marque l'arrivée en rance de Nikki Asada, une jeune auteure qui s'est fait remarquer au Japon pour cette série. Publiée dans le magazine Gekkan Princess d'Akita Shoten, un magazine plutôt réputé pour ses oeuvres féminines assez mâtures et pouvant toucher un public mixte (citons X Day, L'infirmerie après les cours, Bigbang Venus, Shinobi Life...), l'oeuvre suscite d'emblée pas mal d'espoirs, qui se concrétisent très vite !

Il faut dire que, malgré une base classique, Nikki Asada tourne son récit de très jolie manière. Sous couvert d'étudier la psychologie des lycéens, le club formé par Yoriko est surtout un repère de "cas", un lieu où se retrouvent nos trois puis bientôt quatre personnages centraux, tous un peu marginaux, un peu laissés pour compte, voire désabusés. Tout comme les caractères de base des membres (le présidente binoclarde studieuse, l'amoureuse constamment transie, le travesti et l'otaku qui ne parle que d'animes), le concept de ce club est loin d'être nouveau, mais le talent de la mangaka est alors d'exploiter tout cela de façon plutôt intelligente.
Le ressort comique de chacun des protagonistes est évident, et Nikki Asada ne se prive jamais pour l'exploiter, surtout en ce qui concerne Momosato, dont le statut de Cupidon malgré elle tourne presque à la parodie par moments. Rapportant tout au monde des animes, Ryô est lui aussi une perle dans le genre, très bien campé. Mais Asada a néanmoins le bon goût de ne pas en faire trop, de ne pas surexploiter dans l'humour les traits de ses personnages au risque de les rendre imbuvables. Ses notes d'humour sont certes omniprésentes, mais sont distillées avec parcimonie, parfois sans qu'on s'y attende, l'effet étant alors garanti. Le ton reste assez simple, très focalisé sur nos héros, et ce qui ressort alors également de la lecture, c'est le regard que la mangaka pose sur ses protagonistes : un regard empli d'une certaine bienveillance, d'une forme de tendresse qui dès lors démarque un tant soit peu l'oeuvre... d'autant que Nikki Asada aime déjà nous surprendre, dès ce premier tome, en faisant évoluer ses personnages dès lors qu'ils sont confrontés à la réalité lycéenne qui les entoure.

Le cas le plus parlant est celui de notre travesti, Okinojima, dont nous découvrons déjà la raison, plutôt touchante, qui l'a poussé à commencer à se déguiser en fille des années auparavant. Soudainement rattrapé par cette raison revenue du passé, le jeune garçon est amené à se remettre un peu en question, à évoluer pour ne pas rester coincé, et sa situation qui aurait pu n'être qu'un prétexte à l'humour se pare alors d'une portée plus profonde franchement bienvenue.
Quelque part, même topo pour Yoriko. Sous ses allures de binoclarde studieuse et insensible, passant son temps à tout analyser, se cache également un coeur de jeune fille qu'elle a elle-même un peu de mal à cerner, et la découvrir déjà sous un autre angle permet de renforcer notre attachement pour elle. Laisser apparaître l'humanité se cachant derrière des stéréotypes humoristiques, c'est peut-être l'une des principales qualités de ce premier tome, et cela fait franchement du bien de voir que Nikki Asada s'intéresse réellement à ses héros, qui dans d'autres séries du genre auraient eu de grandes chances de se cantonner à un registre humoristique.
Quant à Momosato, elle apporte à elle seule le quota sentimental de la série, mais sa situation ne se limite pas à une succession d'échecs amoureux aussi amusants que tristes pour elle. Tranquillement et sans trop insister dessus, Nikki Asada met en place un fil rouge amoureux différent des nombreux échecs amoureux qu'a connus la jeu_ne fille, et cela nous intrigue forcément.
Reste Ryô, pour l'instant encore surtout cantonné à un rôle humoristique, rôle qu'il campe toutefois très bien, en évoluant lui aussi à sa manière, principalement dans sa relation avec le club des fans d'animes.

Visuellement, en plus d'une narration agréable, qui sait rester simple et authentique et qui évite certains poncifs du genre, Nikki Asada offre un coup de crayon plaisant, un peu épuré et très expressif, qui évite également les gros clichés du shôjo et peut alors plaire autant aux filles qu'aux garçons. Un trait bien mis en valeur dans un découpage assez sobre, mais qui se plaît régulièrement à faire très joliment ressortir les réactions des personnages, en se focalisant sur leur visage pendant quelques cases à la suite.

En exploitant avec humour, tendresse et une certaine intelligence ses personnages, Bienvenue au club s'offre une entrée en matière attachante et prometteuse, que l'on a hâte de voir confirmée dans la suite.

L'édition proposée par Akata est nickel. Le papier, l'impression, la traduction et l'incursion des onomatopées traduites sont très bons, et le système de collection proposé par l'éditeur trouve déjà ses marques de manière intéressante avec une série qui peut clairement toucher un public mixte.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9224
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Bienvenue au club

Message non lu par Koiwai » 28 juin 2014, 14:55

Tome 2 :

Un peu contre son gré, notre ex-travesti Takeshi Okinoshima se retrouve contraint de faire plaisir à ses amis et d'aider les membres du club d'anime en participant à un concours de cosplay en tant que Silver Berry ! Tout le monde, y compris le club de couture, s'attèle aux préparatifs : conception des tenues, entraînement aux postures... Mais à l'approche du concours, la menace Kana Misato se fait sentir. Ne supportant pas de s'être fait jeter par Takeshi et n'imaginant même pas de le voir déguisé en fille, elle se prépare à saboter les préparatifs...

Nous laissions Nima choquée par la véritable nature de Kana, celle qu'elle considérait comme son amie, et les choses se compliquent encore à l'approche de la compétition de cosplay... Pourquoi Kana est-elle comme ça ? Pourquoi supporte-t-elle aussi mal de se faire jeter, elle qui attire tous les garçons ? Un début de réponse pourrait bien venir par l'intermédiaire de Daisuke Tsuwano, membre du club de couture et ami d'enfance de Kana...
A partir de là, le récit s'applique à dévoiler, petit à petit, le fond de Kana. Celle qui n'aurait peut-être été qu'une rivale amoureuse prétentieuse dans d'autres série révèle ici, peu à peu, plus de subtilité. Les paroles de Daisuke commencent à la révéler, l'intervention de Takeshi et Ryô quand elle s'apprête à commettre confirme qu'elle n'est pas si peste que ça... et quand intervient une Nima qui, toujours aussi franche et pure, est bien décidée à mieux comprendre cette fille dont elle veut se rapprocher, tout se concrétise en dévoilant pleinement ce que ressent au plus profond d'elle-même Kana, autre jeune fille un peu à la rue car, bien qu'elle attire tous les garçons à elle, elle peine profondément à comprendre ce que signifie aimer.

On pourra trouver le changement de comportement de Kana un peu rapide à la fin de sa rixe avec Nima, mais différents passages auparavant ont permis de mieux cerner la jeune fille, et cela passe donc très bien. Le passage est classique, mais Nikki Asada l'utilise joliment, notamment en confirmant la bienveillance qui se dégage souvent des personnages, à l'image de Yoriko qui s'inquiète sincèrement pour Nima, ou de Ryô et Takeshi qui ne parlent pas de leur entrevue avec Kana. Enfin, celle permet de mieux mettre en place Daisuke Tsuwano, personnage destiné à gagner en importance, notamment sur le plan sentimental.

Et le cosplay dans tout ça ? Hé bien, il n'est pas oublié ! Nikki Asada s'applique à expliquer, même rapidement, les qualités et les efforts qu'implique cette passion, qui peut demander, comme le dit un personnage, de cosplayer jusqu'à son âme ! L'auteure met joliment en valeur cette passion souvent vue comme marginale chez les non-adeptes, en ne portant jamais de jugement dessus.

La suite du tome voit arriver un nouveau problème de taille : suite à des restriction budgétaires, l'association des élèves choisit d'exclure de sa salle attitrée le club, qui n'a alors plus d'existence propre ! Mais même si le père de Yoriko refuse de les aider, nos héros sont bien décidés à prouver que leur club a un intérêt ! C'est l'occasion de voir à nouveau la bienveillance que se portent nos héros, car même si au départ Yoriko les a un peu forcés à le rejoindre, désormais ils aiment tous le club et se sentent bien ensemble, même si leur club est incompris. Mais Nima et les autres ont l'opportunité de prouver à l'association des élèves que leur club est utile, et pour cela Nima devra accomplir une grande première dans sa vie : un rendez-vous amoureux ! Rendez-vous qui, même s'il est simulé, pourrait avoir de sacrées conséquences...
une nouvelle fois, avec cette histoire de faux rendez-vous amoureux, Nikki Asada reprend à son compte un grand classique, pour le tourner de très belle manière : la mangaka n'insiste pas plus que de raison sur l'aspect sentimental, l'utilise pour placer de bons petits gags et, surtout, pour toujours faire ressortir les relations de ses personnages, Yoriko et les garçons étant évidemment au rendez-vous pour veiller sur notre héroïne.

Ce passage permet également d'introduire de nouveaux personnages prometteurs.
L'un est Ôyashiro, président de l'association des élèves, surnommé "Maman" à cause de son envie de préserver tout le monde et de donner beaucoup de directives. Très strict, il n'en est pas moins intéressant de par certaines amusantes faiblesses insoupçonnées, et de par son petit passé commun avec Ryô.
L'autre se nomme Tomo Nogi, elle aussi membre de l'association des élèves, et entretenant une relation délicate assez amusante et tendre avec un autre personnage que l'on connaît déjà.. Pour l'instant discrète, on ne peut qu'espérer qu'elle prenne de l'ampleur par la suite.

Au final, Nikki Asada exploite toujours aussi bien des situations et rebondissements classiques voire prévisibles pour travailler avec bienveillance ses personnages, sans oublier de glisser très souvent de jolies notes d'humour, à l'image du manque de délicatesse de Yoriko, du gag des archives ou de la passion secrète d'Ôyashiro. La dernière page offrant un léger climax, on attend avec plaisir la suite !
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9224
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Bienvenue au club

Message non lu par Koiwai » 21 sept. 2014, 11:16

Tome 3 :

Le club d'études de la psychologie des jeunes est en danger ! Leur local a été confisqué, et le club risque de disparaître si Nima et las autres ne parviennent pas à convaincre l'association des élèves qu'il est vraiment utile ! Mais pour s'en sortir, nos héros vont devoir convaincre personne d'autre que Sôichirô Ôyashiro et Tomoe Nogi, respectivement chef et vice-présidente de l'association des élèves. Pour cela, Nima se voit chargée de feindre l'amour pendant un aux rendez-vous amoureux avec Daisuke, et sous la surveillance de tout le monde ! Sôichiro, surnommé "Maman" par tout le monde à cause de son côté très à cheval sur les règles, risque fort de leur mettre des bâtons dans les roues. Quant à Tomoe, elle pourrait bien réserver quelques surprises...

Bienvenue au club se poursuit à bon rythme, sans que Nikki Asada y propose des rebondissements originaux : entre la menace de fermeture du club, le faux rendez-vous amoureux ou les sentiments entre amis d'enfance, on n'a que du très classique, mais du classique que Nikki Asada continue d'aborder de façon agréable. Il faut dire que l'auteure, avec ses dessins simples et efficaces et sa narration sans détour, jamais insistante ou lourde, sait très joliment aborder les tourments des adolescents au gré des différents rebondissements, en y distillant toujours son humour assez léger et direct. Ainsi, on suit avec plaisir les petites évolutions des personnages : les sentiments désormais clairs que Daisuke, ceux plus difficiles de Nima qui aimerait bien être capable de lui rendre son amour mais ne peut faire l'impasse sur Okinoshima, les problèmes amoureux de Tomoe... En filigranes, à travers certains dialogues sincères ou certaines réactions, on ressent toujours autant la bienveillance qui lie nos héros et le lien fort qui continue de se créer entre eux : que ce soit les autres membres du club qui surveillent de près Nima pendant le rendez-vous, les paroles d'Okinoshima sur ce que Nima a apporté en chacun d'eux, ou les apparitions d'une Kana bonne à sa manière, les exemples ne manquent pas, la petite bande paraît toujours plus sympathique, d'autant que les personnages secondaires gagnent eux aussi en intérêt. En se centrant sur un important événement concernant Yoriko en fin de volume, la mangaka nous prépare également un tome 4 qui s'annonce d'ores et déjà prenant.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9224
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Bienvenue au club

Message non lu par Koiwai » 04 déc. 2014, 19:00

Tome 4 :

Le club d'étude de la psychologie des jeunes a beau être sauvé, une nouvelle épreuve débarque déjà : après 8 ans d'absence, la mère de Yoriko est de retour et souhaite revoir sa fille. Après beaucoup d'hésitations, la présidente, poussée par Nima, accepte de la voir... Mais pourra-t-elle pardonner à sa mère de l'avoir abandonnée pendant 8 années ? Sa rancoeur ne risque-t-elle pas de prendre le dessus ? Qu'aura-t-elle à lui dire ?
Enclenché à la fin du tome précédent, le suspense autour de la relation difficile de Yoriko avec sa mère prend en réalité vite fin au début de ce quatrième volume. Le passage ne dure pas longtemps... ce qui n'empêche aucunement Nikki Asada de faire ressortir l'essentiel. Les tourments de Yoriko transparaissent très bien à travers ses nombreux doutes, son manque d'envie apparent de revoir sa mère traduisant surtout une certaine peur justifiée. Mais que se passera-t-il une fois que mère et fille seront face à face ? Pas besoin de beaucoup de pages pour le comprendre. Sur un ton on ne peut plus simple et sans artifices larmoyants, l'auteur nous fait comprendre le choix de la mère 8 ans auparavant, tout comme elle nous fait très bien cerner le changement qui s'opère en Yoriko dès qu'elle voit ce qu'est devenue celle qui l'a mise au monde, qui a refait sa vie sans pour autant oublier son passé.

Il y a encore beaucoup de choses à développer sur cette relation mère-fille, et on devine que Nikki Asada reviendra plus tard dessus, sans doute par petites touches, car une relation ne se reconstruit pas soudainement.
La suite du tome se concentre donc sur une tout autre affaire : des photos d'Okinomiya en cosplay se voient détournées sur un blog ! Si cela ne semble pas déranger plus que ça le principal intéressé, il faut malgré tout lever le voile sur l'imposteur. L'enquête est simple, assez prévisible, mais ni trop courte ni trop longue, et c'est surtout ce qu'elle amène en parallèle qui s'avère intéressant : deux nouveaux personnages dont l'un aura son importance, et un focus intéressant sur ce que représente Okinomiya pour beaucoup de monde, que ce soit en version cosplay ou non. Une sorte de culte de l'apparence qui pourrait bien tourmenter un peu notre blond, sans que celui-ci ne le montre...
Classique mais efficace, tout ceci a surtout pour vocation, au final, de souligner l'amitié et la bienveillance des autres membres du club pour Okinomya, car ils l'aiment au-delà des apparences, avec beaucoup de sincérité.

Nikki Asada excelle dans l'exploitation de ses personnages et le prouve également via les à-côté de l'affaire : entre de nombreuses notes d'humour portées par un Maman ou un chef du club d'anime très en forme ou par les répliques toujours aussi cash de Yoriko et Ryô, l'approfondissement se poursuit sur les personnages secondaires, qu'il s'agisse de Nao et Tomoe toujours aussi mignons à voir, ou, plus important, des tourments animant toujours la caractérielle Kana ou le franc Daisuke.

Sur des bases pourtant simples, Nikki Asada déroule avec clarté son récit et exploite toujours très bien ses personnages, qui se dévoilent encore un peu plus et peaufinent leurs relations. Certaines étapes importantes semblent doucement arriver, la dernière page balançant d'ailleurs un très joli suspense.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9224
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Bienvenue au club

Message non lu par Koiwai » 07 avr. 2015, 15:25

Tome 5 :

Nima s'était promise de ne pas se déclarer à Okinoshima, mais plus le temps passe, moins elle arrive à contenir ses sentiments. Aussi décide-t-elle d'enfin franchir le pas, mais dans sa tête les questions fusent. Sa "malédiction" fera-t-elle en sorte qu'elle soit encore doublée par une "rivale" ? Et si ce n'est pas le cas, quelle sera la réaction du principal concerné ? Nikki Asada ne joue pas trop la carte du suspense et glisse la chose avec le naturel qu'on lui connaît. Difficile d'en dire plus sans trop en raconter sur ce passage bref mais très joli, qui consolide encore un peu plus les relations bienveillantes entre nos héros et souligne l'optimisme de notre héroïne. La suite poursuit d'ailleurs dans cette voie en revenant doucement sur Shinji et sur Kana, que nous avons l'occasion de cerner encore un peu plus. On appréciera particulièrement les efforts Travail appliqué sur des perosnnages qui évoluent doucement que Kana consent à faire sur sa personnalité si capricieuse.

La suite du tome, elle, est animée par l'arrivée de deux nouveaux protagonistes. Première jeune fille à vouloir intégrer le club d'anime, la dénommée Saori n'a pas fini de semer la zizanie chez nos otakus du club, mais aussi chez Okinoshima et Hikawa ! Cette nouvelle venue réserve quelques surprise qui permettent surtout à l'auteure d'enchaîner de beaux instants d'humour, entre l'excitation des membres du club d'anime et la surprise finale sur la fan-attitude de la miss. Mais c'est surtout le dénommé Seri Hinomisaki qui retient l'attention : connaissant étrangement beaucoup de choses sur tout le monde, ce jeune garçon très sociable souhaite entrer dans le club d'étude de la psychologie des jeunes, au grand dam de Yoriko et de Nima qui préfèrent le repousser tant il adopte un comportement trop détaché, pas assez sérieux. Mais Seri nous réserve sans doute d'autres surprises, comme le laissent supposer son comportement bien sûr, mais aussi les dires de Kana à son sujet... Affaire à suivre dans le prochain tome, sans doute, qui s'annonce un peu mouvementé au vu de la dernière page.

Travail appliqué sur des personnages qui évoluent doucement, sentiments finement dévoilés sans exagération, humour très bien porté par des personnages secondaires toujours très bien exploité et omniprésents, rebondissements et nouveaux protagonistes plutôt intrigants... Bienvenue au club poursuit sa route sans dévier de sa trajectoire, et reste une lecture très attachante.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9224
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Bienvenue au club

Message non lu par Koiwai » 08 avr. 2015, 18:15

Tome 6 :

Seri Hinomisaki, lycéen joyeux et sociable, est surtout un as dans l'art de découvrir les petits secrets de son entourage... et pour des raisons assez floues, il souhaite intégrer le club d'étude de la psychologie des jeunes, au grand dam de Yoriko et de Nima qui le refusent tant il n'a pas l'air sérieux. Que recherche en réalité le jeune garçon ? Mystère. En tout cas, il s'intéresse d'un peu trop près à Nima... en tout cas, d'après ses amies, qui sont un peu jalouse et prennent notre héroïne en grippe. Alors que Nima est sur le point de subir leur courroux, Kana, pour protéger son amie, intervient secrètement...

Le petit suspense de la fin du tome 5, autour de ce qui devait arriver à Kana face à ses ainées, trouve rapidement une conclusion temporaire pour laisser place à un événement qui animera tout le tome : le marathon des clubs culturels. Réservé aux clubs non-sportifs, celui-ci anime tous les clubs, de celui de nos héros à celui des fans d'animes, en passant par le club de couture ou celui de mathématiques. Pour cause, deux récompenses d'envergure : un soutien financier pour le club gagnant, et... Okinoshima ?!

Exploitant toujours à merveille sa galerie de personnages, Nikki Asada ne lésine pas sur l'humour, avec ces clubs qui s'excitent tous pour le marathon et tentent de mettre la main sur la perle rare qui pourra peut-être les faire gagner. La guerre est déclarée entre le club d'anime et le club d'étude de la psychologie des jeunes pour mettre la main sur Hikawa, entre autres ! Quant à la course elle-même, elle réserve quelques surprises finales aussi inattendues qu'amusantes, et montrant à nouveau que la mangaka sait utiliser comme il se doit ses protagonistes secondaires.

Mais au-delà de cet événement et de ses préparatifs mouvementés et amusants, on retient surtout le don habituel de l'auteure pour glisser un habile travail sur ses héros. Entre Ryô qui pousse habilement Nima à participer pour une raison précise, notre héroïne qui se donne à fond dans son entraînement et affiche son habituel enthousiasme malgré sa nullité, ce qu'elle souhaite demander à Okinoshima, ou Yoriko qui s'inquiète pour elle, Asada enchaine les petits instants qui font plaisir et qui continuent de consolider doucement les amitiés et les sentiments, et sait surprendre en évitant certains poncifs pour toujours mieux croquer la bienveillance de ses héros (en tête, ce que Nima souhaite demander à Okinoshima si elle gagne le marathon). Par dessus tout, on constate à nouveau le bon fond d'une Kana toujours plus attachante dans son genre, qui continue de tout prendre sur elle, et dont on attend impatiemment qu'elle apprenne à mieux s'extravertir et à refermer ses blessures. Quant à Seri, il reste un garçon ô combien intrigant, qui semble bel et bien cacher derrière ses allures insouciantes et détachées quelque chose d'un peu plus profond, comme le laissent supposer certaines cases où il se montre soudainement plus terne, et surtout la dernière page du volume.

Pour refermer ce très sympathique volume, Asada nous offre un petit chapitre spécial qui, sur fond d'amnésie de Nima, croque un court récit aussi touchant qu'amusant, comme l'auteure sait si bien le faire.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9224
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Bienvenue au club

Message non lu par Koiwai » 05 août 2015, 18:16

Tome 7 :

Le grand marathon du lycée est désormais passé, et après un petit bilan nos héros reprennent leur quotidien... qui ne tarde pas à être de nouveau bousculé. La raison : Seri Hinomisaki, encore lui. Depuis quelque temps, le jeune garçon si difficile à cerner n'est pas dans son assiette, au grand dam d'une Shôbara qui s'inquiète sincèrement pour lui... mais est incapable de le lui dire, Seri ne s'étant jamais confié à personne. Nima, par sa sincérité et sa candeur naturelles, pourrait-elle être celle qui parviendra à percer le mystère Seri ?

Vous l'aurez deviné, ce septième volume s'attaque enfin à l'énigme que constitue le personnage de Seri, le beau gosse si populaire qui connaît les petits secrets des autres mais a toujours pris soin de ne pas dévoiler ses propres secrets... Chargée d'"enquêter", Nima devra se confronter à ce garçon qui prend soin de brouiller les pistes, n'hésitant pas à mentir voire à proférer quelques menaces pour qu'on le laisse en paix... Mais Nima n'est pas seule pour percer à jour Seri, et elle pourra compter sur l'aide plus ou moins discrète de ses camarades habituels.

Ainsi finit-on enfin par découvrir les secrets de Seri, directement liés à ses tourments du moment. Une partie de son passé se dévoile, expliquant par la même occasion les origines de son comportement si difficile à cerner. Ainsi découvre-t-on un garçon qui, à l'instar de Kana par exemple, a souffert de sa popularité au point de perdre confiance en lui et de perdre foi en l'amitié. Un caractère qu'il a toujours pris soin de camoufler derrière son faux sourire... Après Kana il y a quelques tomes, Nikki Asada aborde une nouvelle fois la difficulté de comprendre l'autre et le besoin de ne pas s'arrêter à la première impression, avec la justesse qu'on lui connaît désormais. Et de ce côté-là, Seri n'est pas le seul à être mis en avant dans ce tome, puisque l'on découvre aussi sous un autre jour Shôbara, l'amoureuse transie de Seri qui causa tant de problème peu de temps avant... Elle aussi s'avèrera bien moins mauvaise que ne le laissait penser son entrée en scène !

De manière générale, Nikki Asada excelle toujours dans l'exploitation de ses personnages, qu'elle parvient à nouveau à nuancer petit à petit. En dehors de Seri ou de Shôbara, on aime voir Okinoshima ou Yoriko veiller sur Nima, Kana évoluer encore un peu... Dès lors, malgré les révélations pas toujours joyeuses sur Seri, c'est à nouveau ce parfum de bienveillance typique de la série qui anime le tome, non sans que l'habituel humour s'y glisse aussi, notamment grâce aux costumes d'Okky ou aux petites apparitions opportunes de certains personnages comme "Maman" et sa petite soeur ou le président du club d'anime !

Le chapitre bonus présent en fin de tome, lui aussi, s'avère très plaisant en nous dévoilant, à l'époque du collège, une facette d'Okishima... et pas seulement lui.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9224
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Bienvenue au club

Message non lu par Koiwai » 11 sept. 2015, 13:58

Tome 8 :

Saori revient en force ! Et la mignonne otaku est dans la panade. Elle a choisi de sortir avec Kawamoto, un garçon d'un autre lycée sur lequel elle craquait autrefois. Mais voila, un peu plus tard, le jeune garçon arrive devant elle tout bronzé, les cheveux décolorés... Il ne plaît plus du tout à la jeune fille qui a peur de ses mauvaises fréquentations, mais elle ne sait pas comment faire pour se séparer de lui ! Nima, Ryô et les autres pourront-ils l'aider ?

C'est donc au tour de la fan de Ryô de faire des siennes dans ce huitième tome dont elle est l'une des principales figures. Et au premier abord, on ne peut pas dire que Saori trahisse les premières impressions qu'on pouvait avoir à son sujet depuis sa première apparition. Ici, elle continue d'être une girouette sur le plan sentimental, restant fan de son Ryô adoré, voulant plaquer Kawamoto alors que c'est elle qui vient juste de lui demander de sortir avec elle... et allant même jusqu'à affirmer être tombée amoureuse d'Okinoshima, au grand dam de Nima ! Forcément, cela donnera lieu à quelques chamailleries entre les deux adolescentes...
Mais Saori est-elle si superficielle qu'elle le laisse paraître ? Cela, nous le découvrirons dans ce tome, qui dévoile un peu plus les raisons de son comportement avec Ryô et les autres garçons qu'elle approche. Car il y a bien une raison à tout ceci ! Ainsi, Nikki Asada nous rappelle une nouvelle fois qu'il ne faut jamais juger les gens uniquement sur leur apparence ou leur physique, et que leur façon d'être peut souvent cacher plus de profondeur qu'il n'y paraît. Le meilleur exemple de ce message reste toutefois le dénommé Kawamoto, que nous allons découvrir un peu, et qui vé présenter un comportement bien différent des préjugés !

Pourtant, certains aspects pourraient clairement lasser certains lecteurs. Même si le comportement de Saori trouve une raison, il faut avouer que celle-ci ne va pas chercher très loin. Et dans l'immédiat, on reste un peu déçu par l'évolution de la jeune fille, qui, en gros, nous offre un bon gros retour à la case départ qui donne l'impression que les choses tournent quelque peu en rond. Et on regrette un peu que le développement de Kawamoto n'aille pas plus loin. Nikki Asada reviendra-t-elle sur tout ça plus tard ? Seule la suite nous le dira.

Reste que tous les à-côté de l'affaire Saori, eux, restent très plaisants, car la mangaka y conserve son don pour continuer de dépeindre les petites évolutions de sa galerie de personnages, à commencer par Nima qui, suite à l'intérêt de Saori pour Okinoshima, va montrer une facette d'elle qu'elle regrettera assez vite en se trouvant égoïste... Notre héroïne continue de s'interroger sur elle, sur ses sentiments déçus, et l'auteure dépeint la chose avec sa bienveillance habituelle. Mais les autres personnages ne sont pas en reste : Okinoshima se dévoile encore un peu plus, notamment au contact de Saori, et présente un côté un peu complexé très intéressant. On reste également intrigué par certaines laissant deviner certains sentiments de Seri et même de cette chère Yoriko. La relation entre Nima et Kana se consolide encore un peu plus en toute fin de tome, et le chef du club d'anime ainsi que les filles du club de tennis emmenées par Shôbara n'ont pas leur pareil pour nous amuser.

C'est bien cet attachement de la mangaka à ses nombreux personnages qui continue de rendre la lecture plaisante, fraîche et positive malgré une petite baisse de régime.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9224
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Bienvenue au club

Message non lu par Koiwai » 11 févr. 2016, 12:09

Tome 9 :

C'est un véritable drame que Nima et Saori s'apprêtent à vivre : le voyage scolaire des élèves de deuxième année, qui va les séparer d'Okinoshima et de Ryô pendant une semaine ! Une séparation de courte durée, mais qui avant même d'avoir commencé paraît déjà interminable pour les deux jeunes filles. Toutefois, ce sera peut-être l'occasion pour les filles et les garçons, chacun de leur côté, de faire un peu le point sur leurs sentiments et leurs relations... à moins que d'autres problèmes ne surviennent ! Par exemple, la bourde de Nima qui brise l'une des plus précieuses figurines de Ryô...

Le voyage scolaire occupe quasiment tout le tome et s'intéresse autant aux élèves partis en voyage qu'à ceux restés au lycée. Et il faut dire qu'après un 8ème tome qui accusait un petit coup de mou, l'oeuvre repart de plus belle dans son savant cocktail d'humour et de portraits des personnages.
Le comique est ici bien présent, entre le problème de la figurine brisée qui va amener quelques autres petits problèmes, les quiproquos comme celui de Nima sur l'identité du garçon que Yoriko semble aimer, les personnages toujours aussi bien campés (Okinoshima en geisha, Maman qui reste fidèle à lui-même, le président du club d'anime qui fait des siennes, les frasques de Saori... Tous sont bien là)... le talent de Nikki Asada étant de laisser s'écouler cet humour sans insistance, entretenant tout naturellement l'ambiance chaleureuse de son manga.

Ambiance d'autant plus chaleureuse que l'heure est venue pour certains personnages de faire un peu le point sur ce qu'ils ressentent. Le petit groupe étant séparé pendant une semaine, le moment est bien choisi pour qu'ils réfléchissent un peu plus sur leurs sentiments. En tête, Okky bien sûr, dont les réaction quand Nima lui met des vents au téléphone ne trompent pas, mais on pense aussi à Ryô par exemple, qui va pouvoir discuter un peu plus posément avec son ami voire lui ouvrir un peu plus les yeux sur le fait qu'il doit accepter ce qu'il ressent. L'occasion pour Nikki Asada de disséminer, comme souvent, de jolies réflexions, par exemple sur l'importance de ne jamais se sentir redevable ou fautif quand on tombe amoureux de quelqu'un, et le tout se fait dans une ambiance toujours positive puisque la mangaka conserve un regard très bienveillant sur les personnages qu'elle a créés.

Toutefois, ce sont encore deux autres donnes qui questionnent le plus dans ce volume. D'abord, l'arrivée d'un nouveau personnage, une élève récemment arrivée dans le lycée, qui va rappeler à Okinoshima de vieux souvenirs et qui ne manque pas d'intriguer de par ses "manigances". Ensuite, un focus plus intéressant que jamais sur Yoriko, qui, elle aussi, va devoir se confronter aux sentiments qu'elle laissait déjà entrevoir dans le volume précédent. Mais il n'est pas toujours facile de comprendre ce que l'on ressent, surtout quand les sentiments en questions risquent de mettre une belle amitié... Au vu de la couverture du tome 10, nul doute que Yoriko sera l'un des personnages centraux du prochain volume, et ici Asada prépare très très bien le terrain, tant ses dessins et les réactions de la jeune fille laissent comprendre le trouble qui s'installe en elle, sans qu'il y ait forcément besoin de dialogues concrets.

Nikki Asada revient en grande forme, entremêlant avec naturel un humour agréable, un travail bienveillant sur l'évolution de ses personnages, et de nouvelles donnes qui relancent bien la machine.
Image

Mon top lectures (hors nouvelles séries) de 2015 :
RiN 5, A Silent Voice 6, Ushijima 27.

Mon top nouvelles séries de 2015 :
Deathco, Underwater, Les Enfants de la baleine, One-Punch Man.

Répondre