Border

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9860
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Border

Message non lu par Koiwai » 27 sept. 2015, 11:31

Image

La fiche sur le site


Tome 1 :

Depuis sa première publication française en 2006 avec Détenu 042, Yua Kotegawa est une dessinatrice qui a su se tailler une petite réputation dans un registre plutôt orienté vers le polar, le suspense et le surnaturel, avec des titres comme Anne Freaks ou Kimi no Knife. Avec sa dernière série en date, Border, qui s'est terminée au Japon avec son tome 4, elle reste dans son registre de prédilection en adaptant un scénario du romancier Kazuki Kaneshiro.

Border a pour personnage central Ango Ishikawa, un inspecteur de police de la MPD qui, depuis qu'il a une balle logée dans la tête et a frôlé la mort, possède l'étrange capacité de voir les personnes venant de mourir et de communiquer avec elles. Ainsi, les victimes assassinées des enquêtes sur lesquelles il planche deviennent de précieux témoins pour ses investigations, et ce n'est qu'en arrêtant leur meurtrier et en effaçant leurs regrets qu'il peut leur permettre d'aller reposer en paix.
La série commence alors qu'il a eu son accident il y a peu, avec l'arrivée de Haruna, jeune fille en stage d'observation qui se retrouve chargée de l'épauler dans ses enquêtes.

Les enquêtes d'un inspecteur pouvant voir les morts, voila un concept que l'on a largement déjà pu voir. De même, le schéma de départ, très rapide et nous plongeant directement dans une première enquête, est lui aussi on ne peut plus classique avec l'arrivée de Haruna, qui découvrira en même temps que le lecteur Ango. Quant aux enquêtes elles-mêmes, dans ce premier volume elles sont au nombre de deux et prennent chacune une moitié du tome... et là aussi, elles s'avèrent assez basiques, les deux scénarios restant plutôt sommaires quant aux motivations des meurtriers et aux regrets des victimes, malgré quelques flirts avec des thématiques difficiles (viol familial, exclusion scolaire...). De plus, Yua Kotegawa ne cherche aucunement à jouer la carte du mystère, elle se contente de raconter de façon linéaire les récits, sans disséminer d'indices qui auraient pu permettre au lecteur d'essayer de se faire ses propres hypothèses. Qu'on se le dise donc : ici, nous ne sommes que les spectateurs des enquêtes d'Ishikawa. Mais des spectateurs qui peuvent malgré tout trouver un certain divertissement dans la lecture.

Car malgré la linéarité et l'aspect basique des deux enquêtes, Yua Kotegawa, qui s'est faite une expérience dans le genre, prouve à nouveau qu'elle sait raconter des histoires de ce type, même s'il faut avouer qu'ici elle ne se foule pas énormément niveau rythme : pas de franches accélérations, pas d'énormes moments de suspense (hormis une petite tentative à la fin de la deuxième enquête), mais des histoires qui s'écoulent clairement et sans grosses prises de risque.

La série pourrait décoller un peu plus par la suite, grâce à certains éléments distillés au fil du tome, à commencer par les quelques petites informations que l'on apprend sur Ishikawa, qui, avec sa balle logée dans la tête, n'en a sans doute plus pour longtemps à vivre. Les quelques personnages secondaires récurrents, comme le hacker, le lieutenant chef et coroner Higa, le lieutenant Ichikura, et bien sûr Haruna, manquent cruellement d'un vrai travail sur leur personne mais campent plutôt bien leur rôle. Quant aux victimes fantomatiques, elles sont utilisées à bon escient, ne sont pas présentes plus que de raisons et permettent bien aux enquêtes d'avancer.

Les dessins, enfin, sont dans le registre habituel de l'auteure : un brin épurés, utilisant quelques contrastes blanc/noir pour faire ressortir les faciès des personnages, ils paraissent classiques mais leur pointe de froideur colle bien à l'ambiance de polar.

Sur son premier volume, Border manque cruellement d'ambition, mais Yua Kotegawa y fait montre de son expérience dans le domaine et utilise sans trop en faire les caractéristiques surnaturelles de ce récit policier. En résulte un manga d'enquêtes pour l'instant basique, mais qui se révèle suffisamment divertissant pour donner envie de lire la suite.
Image

SturmMagruserV
Messages : 15
Enregistré le : 20 juil. 2015, 20:10

Re: Border

Message non lu par SturmMagruserV » 30 sept. 2015, 20:57

Je n'ai traduit que la première enquête mais je vais devoir me forcer pour finir (et comme je suis masochiste j'avais commandé les 3 premiers tomes...)

C'est assez fade, une équipe de choc composée d'un homme en carton et d'une fille à lunettes qui passent leur temps à écouter des témoins déblatérer tout en les regardant avec des yeux de poisson mort. Un super-pouvoir qui ne sert pas à grand-chose... C'est un peu Derrick avec des fantômes (sauf qu'il n'y en a qu'un et qu'en plus il fait la gueule.)

La mise en page est ultra-classique, le dessin n'est pas mauvais mais manque cruellement de dynamisme et l'auteur semble penser qu'une seule expression faciale par personnage suffit amplement. Je ne voudrais pas jouer contre eux au poker...

Bref on ne peut pas dire que ce soit très réussi, ni au niveau enquête, ni non plus sur le plan du paranormal. :arrow:

Répondre