Shiori & Shimiko

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
shinob

Shiori & Shimiko

Message non lu par shinob » 15 janv. 2008, 14:39

SHIORI & SHIMIKO

Auteur: Daijiro Morohoshi
Editeur: Doki doki
Une série en cours.


Image Image
Résumé:
I-no-Atama aurait tout d'une petite ville de banlieue ordinaire si elle n'était pas peuplée par toute une ribambelle de personnages grotesques autour desquels se produit sans cesse toute sorte d'évènements occultes. Les pauvres Shiori et Shimiko ne sont pas au bout de leurs émotions !

Volume 1: La tête décapitée
Imaginez une tête décapitée qui nage dans un aquarium, un gros matou qui se transforme tout à coup en humain et qui continue à attraper des souris, à sortir par la chatière et à faire dans sa caisse, une petite fille prénommée Cthulhu qui court après son petit monstre de compagnie répondant au doux nom de Yog Sothoth, des centaines petites créatures ailées qui se multiplient en dansant la ronde... Voilà qui peut vous donner une vague idée de ce à quoi ressemble l'univers complètement déjanté de Shiori et Shimiko...

Volume 2: Les chevaux bleus
Au programme de ce recueil: intempéries et gastronomie!
Découvrez ce que font les chevaux bleus aux gobelins qui envahissent la ville les jours d'épais brouillard et fuyez à toutes jambes devant le spectre gastronome et son livre de recettes anthropophages!


Volume 3: L'élégie de l'hécatombe
Un grimoire maudit, un hôpital fantôme, un animal invisible au bout d’une laisse et une princesse spectrale qui terrorise son monde depuis des siècles... Voilà un aperçu des rencontres paranormales qui attendent Shiori et Shimiko dans ce nouveau volume. Pour ces jeunes filles au cœur bien accroché, horreur peut rimer avec bonne humeur.

Volume 4: Le poisson noctambule
Des poissons qui vivent dans les livres, des poissons-livres qui engloutissent les lecteurs imprudents, un poisson noctambule qui déambule dans I-no Atama et dévore ses maisons et ses habitants... Un volume placé sous le signe de l'ichtyologie!
Image Image
Avis:
Avec Shirori et Shimiko, Morohoshi nous plonge dans un univers sombre, macabre et complètement déjanté dans lequel rêves et réalité se côtoient plus ou moins harmonieusement sous fond d'humour noir.
La ville d'I-no-Atama a tout d'une petite ville normale de la province nippone: Une école, des commerçants...
C'est ainsi que nous découvrons Shirori et Shimiko, héroïnes éponymes de ce manga. Elles sont différentes mais pourtant complémentaires, et de leurs échanges naissent tout l'aspect comique de ce manga.
La première, Shiori, est une jolie demoiselle un peu tête en l'air, superficielle et superstitieuse. C'est souvent à elle qu'arrive les phénomènes étranges: elle est donc bien souvent le moteur du récit. Sa comparse Shimiko se veut plus intellectuelle, plus cartésienne et incarne l'esprit pratique: appelée à la rescousse par Shiori, elle mène l'enquête à l'aide de ses livres et de son incommensurable culture.

Le récit des aventures de Shiori et Shimiko se veut épisodique. A raison d'une dizaine de chapitres avec autant de faits étranges abordés, il sera possible au lecteur d'aborder cette série par n'importe lequel des quatre volumes sortis à ce jour. On peut quand même relever une infime continuité dans l'agencement des épisodes, car certains personnages secondaires finissent par devenir récurrents, et pour mieux les découvrir, il convient de commencer par le commencement. En effet en plus des deux héroïnes, le lecteur aura le grand plaisir de faire la connaissance de Boris, le chat de Shiori capable de se transformer en humain, de la famille Itchi composée de Dan, le père (éditeur de romans SF), de la mère (une sorte d'alien) et de leur fille Cthulhu, qui ne tient jamais en place.

Il ne faut pas oublier que ce manga est prépublié dans le magazine japonais Nemuki, destiné à un public féminin adepte de l'horreur (il prépublie notamment le cortège des cents démons, toujours chez Doki doki). Le lecteur se retrouve donc face à des histoires d'horreur et devra donc s'attendre à des passages plutôt gore (nous sommes néanmoins très loin des oeuvres de Junji Ito).
Mais la manière dont Morohoshi aborde ce thème rend, à mes yeux, cette oeuvre tout simplement cultisssime.
En effet l'univers de Shiori et Shimiko est unique. S'inspirant de multiples références pour la construction de son récit, notre auteur s'applique à rendre hommage à tout un pan de la culture littéraire et cinématographique japonaise, mais aussi occidentale. La ville d'I-no-Atama devient, avec sa morphologie changeante et ses habitants monstrueux et bizarroïdes, la méthaphore cauchemardesque de l'univers d'Alice au pays des merveilles. Certaines histoires empruntent aux légendes urbaines. La petite Cthulhu est une référence au roman "L'appel de Cthulhu" (1924), écrit par Howard Phillip Lovecraft. Le duo Shiori/Shimiko fait un peu penser au tandem Sherlock Holmes/Watson d'Arthur Conan Doyle. On peut aussi relever des clins d'oeil au film Alien de Ridley Scott. Avec les lectures de Shimiko, notre auteur ne cesse de promouvoir la richesse de la littérature nippone.
Mais le thème dont l'auteur s'inspire le plus est celui des Yokaï, qui sont des monstres ou des esprits issus des contes folkloriques et des légendes bouddhiques et shintoïstes japonaises. Le bestiaire de la ville d'I-no-Atama se veut ainsi particulièrement exhaustif: gobelin, esprit vengeur, torii agressifs, fantômes...

La manière dont Morohoshi traite ses histoires ou imagine sa narration est assez spéciale. Refusant les poncifs et les contraintes établies dans l'édition, ces histoires reflètent une certaine pensée bordélique... L'auteur fait ce qu'il veut!
Ne vous attendez donc pas à avoir l'explication d'un phénomène paranormal. Ces derniers surviennent sans crier gare sur nos deux héroïnes, et repartent comme ils étaient venus: notre conteur n'est pas un narrateur omniscient, il se calque derrière le regard de nos deux comparses, et ne peut donc pas concevoir l'inconcevable. Cet aspect de Shirori et Shimiko m'a beaucoup plu, mais pourrait malheureusement décontenancer les lecteurs les plus rationnels, donc prudence pour ces derniers.
Cet aspect destructuré voulu par l'auteur se retrouve également dans le scénario. On peut trouver un exemple concret de cet état de fait dans le volume 4. Le temps d'une histoire où un monstre s'invite chez l'une de nos héroïnes, parce qu'il en a besoin, Morohoshi invente un frère à Shiori. La question est traitée de manière particulièrement humoristique par le biais d'un dialogue entre Shiori et Shimiko:

-Shimiko: "Au fait, je ne savais pas que tu avais un petit frère."
-Shiori: "Ben si, mais c'est sa première apparition."


Tentant par la suite de débusquer le monstre, elles fouillent la maison. Nous découvrons alors la soeur de Shiori.

-Shimiko: "Mais, je savais pas que tu avais une soeur!"
-Shiori: "Bien sûr, mais c'est sa première appari... Hé! Mais non! J'ai pas de soeur! C'est qui cette gamine!!!??"


Comme vous pouvez le constater, les dialogues sont très savoureux et donne un aspect très rafraîchissant à l'oeuvre. Tout en restant d'une grande simplicité, ils toucheront assurément le lecteur en créant des situations particulièrement burlesques.

S'il devait y avoir un point faible à Shirori et Shimiko, on pourrait citer le dessin. Il se veut la plupart du temps simple et épuré, ayant un aspect assez vieillot alors que l'oeuvre a à peine dix ans. Il n'empêche que notre auteur a l'art et la manière de retranscrire sur papier les décors psychédéliques et tortueux de la ville d'I-no-Atama. Il est vrai qu'on peut trouver beaucoup mieux, mais le but est rempli car le dessin parvient à donner cette petite sensation de malaise chez le lecteur découvrant certains lieux ou quartiers particulièrement angoissants...

Conclusion:
En définitive, Shiori et Shimiko fait partie de cette petite catégorie de manga inclassables. Il est le savant mélange entre horreur, fantastique et humour noir. Pourtant destructuré, le récit marque un réel travail de Morohoshi, qui tient à insérer de multiples références parfois difficiles à relever. La paire formée par Shiori et Shimiko est très atypique, drôle et attachant, nous changeant des duos habituels. Une oeuvre à découvrir absolument.
Image
Une planche de L'élégie de l'hécatombe.

Avatar du membre
oyooooo
Messages : 1318
Enregistré le : 17 janv. 2005, 14:05
Localisation : Lille!

Message non lu par oyooooo » 15 janv. 2008, 17:48

Très bonne chronique pour manga très étrange, complètement décalé. C'est un manga d'horreur mais ça ne fait pas spécialement peur (et c'est une chochotte qui vous parle :lol: ), c'est même drole parfois et dans un univers completement délirant. ca donne un peu l'impression de vivre le reve de quelqu'un, ou plutot le cauchemard.. Enfin le mot pour définir ce manga, pour ma part, est étrange... Une très bonne lecture qui sort de l'ordinaire.
Et comme le dit Shinob, beaucoup de clins d'oeil (dont la plupart que je n'ai pas captés je pense^^')
Ma collection.
"Etre heureux, c'est savoir se contenter de peu, mais 15 fois c'est encore mieux"
Epicure
^^ わたしは いつまでも こいする です, しのび ^^

Avatar du membre
né un11septembre
Messages : 2939
Enregistré le : 06 août 2006, 12:38
Localisation : Quelque part en Belgique civilisée

Message non lu par né un11septembre » 15 janv. 2008, 17:57

rien qu'avec les references a Lovecraft, ça peut deja m'interesser.

c'est sur la liste pour fevrier ^^

Trés bonne article en tout cas, Shinob
Image

shinob

Message non lu par shinob » 15 janv. 2008, 18:15

Fais attention 11/09, cette série est assez difficile à trouver. C'est oyooooo qui me l'a offerte, mais elle a dû passer commande sur le net car elle ne trouvait pas cette série dans le nord.

Merci pour les remerciements.^^ Cette chronique dépasse de loin le format que j'utilise habituellement, mais là j'ai eu envie de me faire plaisir. :)

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6381
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Message non lu par Erkael » 15 janv. 2008, 20:33

une petite fille prénommée Cthulhu qui court après son petit monstre de compagnie répondant au doux nom de Yog Sothoth
:lol: :lol: Y a pas de Shogoth? :lol: :lol:

Article vraiment intéressant qui donne envie de découvrir ce titre qui m'a l'air bien particulier... (un titre de plus dans ma liste d'achat :cry: )

Et là j'en profite pour faire le malin :twisted: ... Lovecraft n'a écrit aucun roman, uniquement des nouvelles plus ou moins longues dont l'appel de Cthulluh (qui sert aussi de titre à un recceuil de nouvelles) :wink:
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
né un11septembre
Messages : 2939
Enregistré le : 06 août 2006, 12:38
Localisation : Quelque part en Belgique civilisée

Message non lu par né un11septembre » 15 janv. 2008, 20:56

je peux me tromper mais:
Il me semble bien que "l'affaire charles dexter ward" est un roman (en tout cas je l'ai acheté et lu dans la collection "j'ai lu" comme une histoire seule) et je pense que "le rodeur devant le seuil" completé par august derleth en 1945 est bien plus long qu'une nouvelle egalement.

Maintenant il est vrai que l'essentiel des ecrits de Lovecraft sont des histoires courtes ecrites par lui ou remaniée d'apres les nombreux textes qu'il revisait.
J'en ai lu beaucoup a l'epoque ou j'étais MJ de "l'appel de cthulhu" ^^
Image

Avatar du membre
Blacksheep
Messages : 1787
Enregistré le : 08 avr. 2007, 09:27
Contact :

Message non lu par Blacksheep » 15 janv. 2008, 21:26

Je pensais friser l'overdose de yokaï en rajoutant ce titre (doki doki etant devenu presque spécialiste du genre) mais je vais devoir y passer. Et oui doki doki c'est dur à trouver en dehors des périodes de sorties!
"Dès qu’on tombe amoureux, on devient des menteurs" Harlan Ellison
"Tout homme normal est tenté à un moment de sa vie de cracher dans ses mains, de hisser le drapeau noir et se mettre à trancher des gorges." H. L. Mencken
Image

shinob

Message non lu par shinob » 15 janv. 2008, 22:25

:D Je suis content de voir que ce manga intéresse des gens! :D
:D Vous avez raison de vous jetter dessus! C'est une perle! :D

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6381
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Message non lu par Erkael » 15 janv. 2008, 22:51

né un11septembre a écrit :je peux me tromper mais:
Il me semble bien que "l'affaire charles dexter ward" est un roman (en tout cas je l'ai acheté et lu dans la collection "j'ai lu" comme une histoire seule) et je pense que "le rodeur devant le seuil" completé par august derleth en 1945 est bien plus long qu'une nouvelle egalement.

Maintenant il est vrai que l'essentiel des ecrits de Lovecraft sont des histoires courtes ecrites par lui ou remaniée d'apres les nombreux textes qu'il revisait.
J'en ai lu beaucoup a l'epoque ou j'étais MJ de "l'appel de cthulhu" ^^
Je ne suis pas sur d'avoir lu "Le rodeur devant le seuil" (j'en relit maintenant mais j'en avis lu plusieurs il y a quelques années) mais Dexter Ward oui...
Je sais pas si on peut vraiment parler de romans, ces "oeuvres" (appelont ça comme ça dans le doute) les plus longues ne doivent pas dépasser les 100 - 120 pages... ça fait un peu court

Désolé pour le HS

Et oui, Shinob, tu lis aussi des titres qui peuvent intéresser plus de 5 personnes :lol:
Je taquine... :wink:
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

shinob

Message non lu par shinob » 15 janv. 2008, 23:03

Non mais je vous en prie, continuez votre HS, pour le coup ça ne me dérange pas! :D
Erkael a écrit :Et oui, Shinob, tu lis aussi des titres qui peuvent intéresser plus de 5 personnes :lol:
Je taquine... :wink:
J'en suis tout ému d'ailleurs... :cry:
Enfin tu découvres qu'il n'y a pas que jojo dans la vie! :twisted:

Répondre