Twin Star Exorcists

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Takato
Tueur à gages
Messages : 1715
Enregistré le : 17 janv. 2009, 13:19

Twin Star Exorcists

Message non lu par Takato » 24 mai 2015, 23:06

Image
Titre original : Sôsei no Onnyôji
Auteur : Yoshiaki Sukeno
Éditeur : Kazé

Synopsis :
Dans l’univers de Twinstar Exorcists, les péchés de l’humanité se transforment en démons, les « Impurs ». Confinés aux Enfers, Magano, ils arrivent régulièrement à s’immiscer dans notre réalité et ne peuvent être renvoyés à Magano que par de puissants exorcistes. Parmi eux, le jeune Rokuro fait office des plus talentueux. Mais traumatisé par le massacre de son foyer par ces créatures, il ne veut plus entendre parler d’exorcisme. Jusqu’à sa rencontre avec Benio, une jeune exorciste qui, comme lui, semble animée par la vengeance…
Ne ratez pas cette série d’aventure bourrée d’action et à l’univers ésotérique riche, qui fait la part belle à l’humour et au folklore japonais des plus intriguant.

Fiche sur le site


Tome 1 :

Jeune garçon qui rêve de rencontrer l’élu de son cœur quitte à se déclarer à toutes les jolies demoiselles qui passent, Rokuro Enmadô était autrefois un onmyôji, un exorciste purifiant les humains des « impurs », des esprits démoniaques issus du monde de Magano, et plus précisément le meilleur parmi les siens. Il s’est maintenant détourné de sa voie, ceci à cause d’un tragique évènement qui survint deux années auparavant… En rencontrant Benio Adashino, le talent d‘onmyôji refait surface. Sans le savoir, deux étoiles très liées se sont rencontrées afin d’accomplir ensemble une prophétie qui aboutira à la victoire des Hommes sur les Impurs.

Après Bimbogami Ga, nous retrouvons Yoshiaki Sukeno chez Kazé avec sa dernière œuvre en date qui compte peu de tomes à l’heure actuelle. Malgré ça, les premiers pas de Twin Star Exorcists se font déjà remarquer puisque Masashi Kishimoto lui-même a reconnu le potentiel de la série. Du côté de Kazé, l’éditeur nous vend le titre comme un récit teinté de folklore nippon, à l’heure où le shônen d’action a du mal à se renouveler. Et pourtant, c’est sur une bien bonne impression que nous laisse ce premier volet de Twin Star Exorcists.

Le propos premier du titre n’est pourtant pas surprenant, loin de là. Rokuro est évidemment un adolescent qui cache un grand pouvoir et qui a connu une dramatique tragédie, tandis qu’en face de lui se dresse Benio, moins puissante, mais déterminée dans sa tâche d’onmyôji. Si ces premières notes sont peu aguicheuses, le traitement de l’univers de l’œuvre, de la liaison entre les héros et les séquences d’action nous permettent d’affirmer que Yoshiaki Sukeno a analysé clairement le potentiel de sa série et la traite de telle manière à construire un récit d’action sur fond d’exorcisme qui permettent à l’œuvre de déjà trouver une identité.

Le concept des omnôji, sortes d’exorcistes des légendes japonaises, est le thème clef de la saga, ce qui n’est pas sans rappeler Blue Exorcist bien que le traitement soit bien différent. Les combattants s’adonnent ainsi à des affrontements face à des Impurs, des monstres titanesques qui garantissent des combats de grande ampleur. Ce premier tome nous en met alors plein les yeux, d’abord parce que les mécanismes de la série permettent des combats titanesques d’entrée de jeu, mais aussi parce que le coup de crayon du mangaka, en plus d’être riche en perspectives et en détail, parvient à faire jaillir toute la démesure des scènes d’action. Dans la catégorie grand spectacle, Twin Star Exorcict s’annonce déjà comme un titre de choix.

L’histoire en elle-même cache aussi de bonnes surprises. Ce ne sont pas les personnages directement qui nous interpellent dans le sens où au cas par cas leur background est très classique et n’attire guère l’attention, mais plutôt la manière dont ils interagissent les uns entre les autres, ce qui mènera sans nul doute à une évolution sur le long terme. La liaison entre Rokuro et Benio est, pour l’heure, ce qui nous passionne le plus dans la série. Le fait que tous deux soient annoncés comme de simples faire valoir en vue d’un plus grand pouvoir et en passant par une « love story » entre les deux est une idée audacieuse de la part de Sukeno qui se rend compte que les titres d’actions restent trop indécis quant au traitement des diverses relations sentimentales. Evidemment, nous n’en sommes pas encore à parler d’amour entre les protagonistes, mais tel est le but final qui leur est attribué, sans compter que tous deux développent d’ores et déjà une influence positive de manière mutuelle.

Le trait général de Yoshiaki Sukeno traduit un style classique pour ce genre de shônen, mais qui ne manque pas de qualités, d’abord grâce à un sens du détail qui s’avère efficace sur les scènes de combat, , mais aussi parce que le mangaka nous habitue déjà à des planches riches et fournies et un travail minutieux sur les expressions des personnages qui paraissent véritablement vivants. En laissant quelques volumes à l’auteur pour que celui-ci s’habitue à son univers, ses personnages et son style, on espère entrevoir une évolution qui tirera la série encore plus vers le haut.

L’édition de Kazé ne présente aucune lacune. La traduction de Yahn Koffi est très fluide, chose souvent ardue pour les histoires ciblant le folklore japonais, et aboutit à une lecture confortable. Le volume rejoint la collection shônen de l’éditeur, un format qui sied tout à fait à ce type d’œuvre bien qu’un format un tout petit peu plus grand permettrait d’apprécier davantage le coup de crayon du mangaka et le dynamisme de l’œuvre.

Là où on attendait peut-être un énième titre d’action très classique, nous nous trouvons finalement face à une excellente surprise. Twin Star Exorcists propose d’emblée un développement important de son univers et une histoire portée par la relation entre les deux protagonistes qui ne demande qu’à s’enrichir. L’œuvre de Yoshiaki Sukeno est donc à surveiller de près, et on comprend très bien pourquoi les premiers chapitres ont attiré l’attention de Masashi Kishimoto. Coup de bol, ceux qui réclameraient directement la suite de l’histoire seront ravis d’apprendre que Kazé a fait les choses en grand en proposant une double ration de Twin Star Exorcists pour la sortie de la série en France !


Tome 2 :

Rokuro et Benio sont destinés à s’unir pour donner naissance au Miko, celui qui sera en mesure d’anéantir les Impurs. Dans cette optique, Arima, leader des onmyôji, se montre aux petits soins avec les deux « tourtereaux » et les fait même aménager dans un luxueux palace ! C’est à ce moment que Beno, dans le monde de Magano, croise l’Impur qui l’a privée de sa famille…

Après un premier opus enthousiasmant à souhait, ce second volume vient confirmer le bien que l’on pensait de la série après son introduction : Twin Star Exorcists est voué à être un shônen d’action classique mais prêt à divertir son lecteur.

Ainsi, c’est sans grande surprise que ce tome 2 propose nombre d’éléments maintes fois vus et revus. Cela se ressent dès le début de ce tome qui présente le responsable de la mort des parents de Benio, et par conséquent le motif de vengeance de la jeune fille. A côté de ça, le passé de Rokuro se précise et nous avons la certitude que c’est la mort des anciens camarades du héros qui le prive de son envie de redevenir onmyôji… Classique, n’est-il pas ? Et pourtant, on ne ressort pas frustré de la lecture. Au contraire, le titre s’assume entièrement et ne cherche nullement à devenir un innovateur mais plutôt de jouer sur le clacissisme de son scénario pour le développer d’entrée de jeu, et jouer sans cesse sur les relations entre les deux personnages principaux.

Les qualités de ce second volet sont donc les mêmes que pour le premier. Cela se traduit d’abord mais un coup de crayon remarquable de la part de Yoshiaki Sukeno lors des scènes d’action, ceci dans le but de les rendre le plus spectaculaires possibles, preuve que part don aspect shônen basique, la série cherche à faire dans le grand spectacle et s’assume à 200%.
Autre point remarquable dans la manière d’élaborer un bon shônen de combat conventionnel, c’est le fait de ne jamais s’éloigner de l’intrigue. Là où certains titres pourraient dévier sur des combats mineurs ou les interactions sociales des héros, ce volet fait en sorte que tout événement soit un moyen de développer l’histoire. La vengeance de Benio lève ainsi le voile sur son passé et ses motivations tandis que le nouveau personnage féminin qui entre en scène ne fait que faire le point entre le Rokuro d’avant et celui actuel. L’histoire ne traine donc jamais en longueur et, tout en restant sur un sentier qui ne prend jamais de risque, s’avère très divertissante, nous faisant ainsi passer de bons moments entre quelques gags réussis et des scènes de combats bien pêchues.

Le premier tome de Twin Star Exorcists était réussi, et ce second l’est tout autant. Yoshiaki Sukeno assume entièrement un récit d’action classique teinté de mythologie japonaise et pour cela, il n’hésite pas à enrichir son œuvre de séquences d’action explosives et surtout une intrigue qui ne part jamais dans tous les sens et qui insiste sur les deux personnages principaux. Il est certain que le titre ne révolutionnera pas son genre mais à défaut, il représente un très bon moment de lecture.
Image
Image

Répondre