Tsutomu Takahashi : Alive, Blue Heaven, Sidooh, Sky high

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Drazorback
Messages : 82
Enregistré le : 12 avr. 2008, 19:39
Localisation : Lille

Re: Tsutomu Takahashi : Alive, Blue Heaven, Sidooh, Sky high

Message non lu par Drazorback » 17 juin 2008, 18:39

Je viens de me faire les 7 tomes sortis de Sidooh et c'est vraiment du tout bon.

[spoiler]Les 3 premiers tomes servent de longue introduction, pour montrer la formation psychologique de nos deux jeunes frères. Et on peut dire qu'ils en bavent un max: outre l'habituel assassinat de leur parent lors du sempiternel massacre du village, leur enrôlement dans une secte et leurs diverses tortures, les deux gamins sont amené à tuer un homme -expérience marquante si il en est- où à lutter à mort dans l'arène pour leur survie... Aussi, malgré la similité de leur parcours, on voit bien que les deux frangins évoluent de manière différente. On se demande vraiment quand leurs deux visions divergentes des choses vont entrer en conflit.

En outre, le rythme du récit est particulièrement élevé: les rebondissements s'enchaînent et la suite est rarement réellement prévisible (adoption des deux frères par Rigu, mort de certains personnages en opération, exclusion du tournoi pour non respect des règles...). Malgré une pagination assez faible (peu de cases par planche, ce qui nuit peut être légèrement au soin apporté au détail, pour une sur théatralisation), l'histoire avance bien sans donner l'impression d'être bâclée. On se laisse porter par le rythme du récit.

Puis le manga se situe dans un contexte intéressant, à l'époque où le Japon s'ouvre à l'extérieur pour de bon. Ce qui permet, comme le dit si bien Blacksheep, d'analyser la peur de l'Autre. Ici, sous la forme de l'ethnocentrisme (le capitaine américain comparant les Japonais à des "singes", les renvoyant ainsi à la sphère de la barbarie). Les rapports du Japon face à l'étranger, le nationalisme, la plus ou moins grande adhésion au Bushido (voie du Samouraï) voilà autant de sous thème qui sous-tendent l'œuvre.[/spoiler]

Excellent, et toujours aussi bien servi par le trait de Takahashi. A ranger aux côté de Vagabond (certes dans un registre un peu plus sombre et moins "poétique"), dans le genre manga de samouraï
"Je m'affirme moi même", Toshi-Mon The World Is Mine

Avatar du membre
né un11septembre
Messages : 2939
Enregistré le : 06 août 2006, 12:38
Localisation : Quelque part en Belgique civilisée

Re: Tsutomu Takahashi : Alive, Blue Heaven, Sidooh, Sky high

Message non lu par né un11septembre » 17 juin 2008, 20:00

je releves la remarque de Shun aprés avoir lu les blue heaven pour abonder dans son sens.
Je peux dire que je me suis assez emmerdé dans ce "calme blanc" matiné de famille addams pour les riches psychopathes tarés.

J'ai preferé les histoires reprise a la fin du tome 3: route 69. ça ne va pas chercher bien loin non plus, mais j'en aurais bien lu davantage.
Image

Avatar du membre
Floo D Ace
Messages : 3810
Enregistré le : 25 sept. 2004, 19:56
Localisation : Strasbourg

Re: Tsutomu Takahashi : Alive, Blue Heaven, Sidooh, Sky high

Message non lu par Floo D Ace » 18 juin 2008, 12:37

Sidooh Vol.7 : Excellent tome encore, avec le fameux tournoi, qui ne dure finalement pas aussi longtemps qu'on aurait pu le croire. Et avec un nouveau départ pour trouver un "maitre"......vraiment avec Vagabond c'est un des meilleurs manga du genre je pense.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9842
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Tsutomu Takahashi : Alive, Blue Heaven, Sidooh, Sky high

Message non lu par Koiwai » 19 févr. 2011, 14:59

Tome 9:

Les miracles existent. Plus de deux ans après la parution du volume 8, les éditions Panini se sont enfin décidées à reprendre la publication de Sidooh, d'ores et déjà annoncée à un rythme lent. Une reprise pour le meilleur malgré tout ? Evidemment !

Alors qu'ils coulaient des jours à peu près paisibles à Aizu, l'heure est venue pour Sho, Gen et Mozu de reprendre la route. Désireux de vouloir retrouver Motokichi qui a déserté Aizu, maître Hayakawa se met en route pour Kyoto, escorté par nos héros. Une fois sur place, un double évènement les attend: alors qu'ils découvrent le sort funeste qui a été réservé à Motokichi et qu'ils jurent de venger ce dernier pour le bien de Hayakawa, les trois membres du Byakurentai font la connaissance de Shinsaku Takasugi, un révolutionnaire du domaine de Chôshû, qui déclare savoir que Rugi, l'ennemi juré de Gen et Sho, se trouve actuellement dans la même ville qu'eux...

Après un huitième tome assez calme mais non dénué d'intérêt, la lutte contre l'envahisseur étranger reprend pour nos héros. Alors qu'ils arrivent à Kyoto, cette lutte prend un tournant important: tour à tour, les voici soulevés par la promesse de venger Motokichi, puis abasourdis par la rencontre avec Shinsaku Takasugi, personnage apparaissant d'emblée charismatique de par la force des convictions qu'il affiche. Un homme destiné à avoir beaucoup d'influence sur Sho et Gen tant il leur rappelle Kiyozo...

Dans ce tome, les nouveaux personnages destinés à prendre de l'importance sont légion, mais le fond reste dominé par la quête vengeresse des deux frères, qui, s'ils se voient confier un nouveau rôle à Kyoto, sont surtout à présent déterminés à venger Motokichi, et sont toujours décidés à retrouver un Rugi plus machiavélique que jamais, puisqu'il dévoile enfin ses ambitions. On devine que ces différents axes se rejoindront et que la lutte de nos héros se fera toujours plus intense et dangereuse.

Ainsi, porté ici par des personnages toujours aussi fougueux (Gen en tête) et charismatiques, et par des informations et des évolutions bienvenues, Sidooh continue de séduire allègrement, d'autant que le contexte historique, lui, est toujours aussi intéressant et porté par des faits et personnages ayant réellement existé, et que la verve des dessins de l'auteur savent immerger totalement le lecteur dans l'oeuvre.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9842
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Tsutomu Takahashi : Alive, Blue Heaven, Sidooh, Sky high

Message non lu par Koiwai » 14 juil. 2011, 17:43

Tome 10:

Gen, Sho Yukimura et leurs amis du Byakurentai arrivent jusqu'à Kyoto, où ils intègrent l'unité spéciale de surveillance, toujours animés par leur soif de vengeance envers Rugi, qui serait dans la même ville qu'eux.
Pendant ce temps, le shôgun Iemochi Tokugawa arrive en ville, escorté par une armée de ronins dont certains vont vite se détacher pour aller à la rencontre de Sho et des autres.
Mais avec l'arrivée du shôgun en ville, les troubles pourraient apparaître bien plus vite que prévu...

Continuant à son rythme, Sidooh voit ici apparaître plusieurs personnages incontestablement destinés à jouer un rôle important, et qui en imposent rapidement. Ainsi débarquent dans l'oeuvre, par exemple, le jeune Iemochi Tokugawa, shôgun à seulement 17 ans, mais aussi Matsudaira, chef du Han d'Aizu, et, surtout, le dénommé Tôchizo Hijikata, qui laisse rapidement apparaître une sorte de rivalité avec Sho, ce qui donnera d'ailleurs lieu à un duel d'entraînement joliment orchestré par le trait de Tsutomu Takahashi... La belle Mozu pourrait-elle être à l'origine de ce début de rivalité ?
On constate, ici, que Takahashi poursuit tranquillement son récit en ne trahissant jamais les événements historiques, qu'il revisite fidèlement par le biais de ses héros. Ainsi, difficile de passer à côté de ces nouveaux protagonistes dont la plupart ont vraiment existé, comme le shôgun Iemochi, ou encore le déjà charismatique Hijikata, futur leader du Shinsen Gumi.

Mais très vite, l'arrivée de ces nouveaux personnages et le calme apparent laissent place au retour du danger, orchestré par l'inévitable Rugi. L'action reprend, l'ambiance sombre est parfaitement rendue par le trait de l'auteur, et l'on attend de voir sur quoi tout ceci va aboutir.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9842
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Tsutomu Takahashi : Alive, Blue Heaven, Sidooh, Sky high

Message non lu par Koiwai » 13 juin 2012, 08:08

Tome 11 :

Désormais, chaque année semble devoir apporter son nouveau tome de Sidooh. Un an, c'est long, et se replonger dans le manga de Tsutomu Takahashi peut être difficile, d'autant que Sidooh est l'un de ceux demandant d'être très attentif pour s'y immerger pleinement.

Fort heureusement, ici, on a vite fait de se rappeler de ce qui était en train de se jouer, et l'action qui se joue dans ce tome a vite fait de nous replonger dans l'oeuvre, grâce au trait immersif de l'auteur, qui offre des planches sombres, très encrées ou hachurées pour appuyer l'ambiance générale.
Pourtant, si l'immersion est là, l'action, qui tient une place importante dans ce volume, reste assez pataude, la faute à une mise en scène pas spécialement fluide, à un découpage qui ne cherche pas spécialement à y dégager une grande tension. Ainsi, ici, le premier duel, qui aboutit pourtant sur une conclusion dramatique, manque trop de verve pour réellement toucher. Quant au combat suivant, conséquence directe du premier et qui repose principalement sur la soif de vengeance d'un Gen plus fougueux que jamais, il souffre malheureusement des même défauts, et parvient à peine à rendre intéressants les deux ennemis, alors qu'ils auraient pu l'être.

Mais attention, il ne faudrait pas exagérer en disant que ce volume est mauvais : l'ambiance est toujours là, impeccablement retranscrite, l'arrivée opportune de Hijikata rend le personnage toujours plus charismatique, et la façon qu'a le fougueux Gon de devenir toujours plus enclin au combat et à s'opposer toujours plus à son frère plus posé est un élément intéressant, qui devrait apporter toujours plus de piment par la suite. Et si une bonne partie de ce volume passe par une action vite lue et assez pataude, la suite du tome remonte le niveau en revenant sur la relation entre Sho et Mozu, en explicitant bien les prochaines étapes des différents partis face à l'envahisseur étranger, et en annonçant une suite hautement plus dense.

Ce onzième tome est donc un opus mineur qui, après de l'action pas spécialement prenante, a plutôt tendance à bien préparer le terrain pour la suite. Cela dit, après un an d'attente pour dix minutes de lecture, avouons qu'on reste sur sa faim...
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9842
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Tsutomu Takahashi : Alive, Blue Heaven, Sidooh, Sky high

Message non lu par Koiwai » 14 mars 2013, 00:22

Sidooh 12 :

Quand le Byakurentaï pénètre enfin dans le quartier des étrangers de Kobe, c'est la stupeur : l'endroit a été mis à sac par le han de Choshu, mené par l'impitoyable Shinsaku Takasugi. Ce dernier a d'ailleurs plus d'un tour dans son sac, et s'infiltre auprès du gérant des lieux, Grant, pour mieux détruire le camp étranger de l'intérieur.
Trouvant refuge dans la tour de Grant et ayant pris en otage Mozu, Takasugi met son plan à exécution, mais Sho et Gen, fidèles au bakufu, sont bien décidés à le contrer...

Il y a près d'un an, le onzième tome de Sidooh, un peu pataud, avait surtout le mérite de bien préparer le terrain pour une suite qui s'annonçait explosive. Et c'est bien le cas, car au coeur d'un quartier étranger de Kobe dont le chaos ambiant est parfaitement rendu par le trait dense et étouffant de Tsutomu Takahashi, l'heure est venue pour nos héros du Byakurentaï de faire face au charismatique Shinsaku Takasugi, dont la dangerosité à la limite de la folie est parfaitement rendue par des agissements extrêmes, parfois à la limite de l'autodestruction.

Proposant un véritable conflit de valeurs entre Takasugi et nos héros, le récit a le mérite de ne pas être catégorique, de ne sublimer aucun des deux camps, car si les étrangers se font massacrer parfois sans demi-mesure par le han de Choshu, ils sont eux-mêmes loin d'être tout roses, se livrant par exemple au trafic de femmes japonaises.

Dans un chaos indescriptible porté par les dessins de l'auteur et l'extrémisme de Takasugi, l'action décolle alors au fil de pages qui vont à l'essentiel dans les combats, mais qui ne font jamais dans la demi-mesure quand il s'agit de dépeindre une ambiance sombre et violente.

Sidooh suit donc son cours, immergeant le lecteur dans un chaos parfaitement rendu, et enclenchant une fin de volume extrêmement prometteuse, qui donne envie de lire la suite au plus vite... dans un an ?
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9842
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Tsutomu Takahashi : Alive, Blue Heaven, Sidooh, Sky high

Message non lu par Koiwai » 03 déc. 2013, 22:42

Sidooh 13 :

Le duel entre Shotaro et Takasugi se poursuit et s'achève bientôt. Après un affrontement intense, la conclusion du combat arrive un peu rapidement dans ce tome, pour en plus laisser le lecteur sur un événement qui sera sans doute important par la suite.

Après cela, le temps continue de passer, et Tsutomu Takahashi repose les bases, après avoir précisé ce qu'il faut d'un point de vue historique. Tandis que Rugi trame de nouveaux projets auprès de Kaishû Katsu (importante figure historique de l'époque), et que des rencontres nimbées de mystère se déroulent sur une île, l'attention se focalise surtout sur une ville de Tokyo plus inhospitalière que jamais, car s'y opposent silencieusement le nouveau bataillon d'élite emmené par Hijikata et où l'on retrouve nos héros, et les opposants au Shogun.

Dans ce cadre tendu parfaitement rendu par les planches denses et sombres du mangaka, où un parfum de révolte commence à se faire sentir et où les tensions pourraient exploser n'importe quand, chacun agit à son échelle, que ce soit par exemple Mozu, Hijikata, ou Gen via son choix en fin de tome. Il faut démêler le vrai du faux, savoir éliminer les espions, et apprendre à ne pas accorder trop facilement sa confiance. Tout cela, Tsutomu Takahashi le dépeint plutôt bien via quelques exemples succincts, qui laissent clairement entrevoir que tout pourrait arriver dans cette ville.

En attendant que toutes ces tensions éclatent réellement, ce treizième tome est plutôt calme, un peu trop mystérieux sur certains aspects (que se passe-t-il sur cette île où l'on découvre trop vaguement un nouveau personnage qui devrait vraisemblablement jouer un rôle important par la suite ?). Mais l'ensemble n'en est pas moins intéressant, car il s'applique à reposer les choses en explicitant correctement les enjeux des luttes opposant les deux partis dans la ville de Kyoto. Tout risque d'exploser d'un moment à l'autre, et on a donc hâte de découvrir la suite.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9842
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Tsutomu Takahashi : Alive, Blue Heaven, Sidooh, Sky high

Message non lu par Koiwai » 13 mars 2014, 08:24

Sidooh 14 :

Pour tenter de dissuader Heizo d'intégrer le nouveau bataillon d'élite, Gen l'emmène pour une promenade dangereuse en terrain ennemi, pour un affrontement face à des ennemis. Il espère ainsi lui faire prendre conscience que le bataillon n'est pas un jeu, mais il ne sait pas encore que ce qu'il vient de faire aura des conséquences fatales...

Dans un Japon au bord de la guerre civile, partagée entre les partisans du Shôgun et ceux qui refusent l'ouverture aux étrangers, montrer son appartenance à l'un des deux camps peut très vite dégénérer de façon mortelle, et Gen va en faire l'expérience en commettant une bévue le plongeant dans les tourments, la réaction de Toshizo Hijikata n'étant pas tendre. Pour mettre fin à ces tourments, une seule solution : la vengeance. Il faut retrouver l'ennemi, puis se rapprocher de certaines faction adverses afin de soutirer des informations. Ainsi, tandis que l'affrontement en forme de rédemption de Gen arrive rapidement, on suit ensuite de plus près Same, devant récupérer des information auprès d'un couple auquel il risque de s'attacher un peu trop.

Tsutomu Takahashi évite les effusions de sang trop fortes, notamment lors de la mise à mort d'un certain personnage en début de tome, totalement occultée. Son trait très acéré, brut et encré suffit pour faire ressortir l'ambiance sombre, malsaine et poisseuse qui règne de plus en plus dans une ville de Kyoto chaotique, rongée par l'opposition entre les deux camps ennemis. Les pages de combat sont rapides, vont à l'essentiel mais restent stylisées, la rédemption de Gen ne traîne pas, et le petit focus sur Same, personnage trop discret, est sympathique. Quant aux décors bien fournis et aux petits éléments d'époque (comme l'arrivée de l'ocarina), ils sont toujours là pour renforcer l'immersion. Au bout du compte tout est prêt pour un tome 15 qui devrait faire exploser les choses encore plus concrètement.
Image

Répondre