Beelzebub

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
jojo81
The Doctor
Messages : 1170
Enregistré le : 19 févr. 2010, 23:17
Localisation : Albi
Contact :

Oui, punition divine...

Message non lu par jojo81 » 16 juil. 2011, 10:10

Moi je ne me suis toujours pas remis du coup avec le nounours :mrgreen:
[spoiler]Il y a pas mal d'autres gags qui m'ont fait très rire comme celui du tatouage, les déclarations d'Oga à Aoi, ou encore la présentation des 5 types soit disant super balèzes qui se font massacrer en 2 secondes.[/spoiler]
Beelzebub, c'est excellent, bien meilleur que je pensais. Je me demande quand même comment le manga va évoluer.
Nostroblog: des copains et du goût !
Image
Don't turn your back. Don't look away. And don't blink.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10092
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Beelzebub

Message non lu par Koiwai » 02 août 2011, 15:50

Tome 2:

Le quadriumvirat TKKH, composé des 4 plus dangereux loubards du bahut, a encore fait des siennes ! Alors qu'il a réglé son compte à Kanzaki, Oga, qui avait pourtant pris comme résolution de ne plus se battre, doit aller faire la peau à Himekawa, qui a enlevé Hilda et Furuichi ! Sans grande surprise, l'affrontement est vite expédié, mais n'est pas pour autant sans intérêt, car d'un bout à l'autre, tout est fait pour faire sourire le lecteur. Racailles débiles, coups bas, techniques complètement improbables, une petite pointe de fan-service avec la charmante Hilda, et il n'en faut pas plus pour satisfaire le lecteur, qui se marre volontiers face à tout ça, d'autant que le tout est plutôt bien mené et que le coup de crayon, qui gagne petit à petit en précision, s'avère efficace dès qu'il s'agit d'offrir des expressions amusantes aux personnages. Ainsi se retrouve-t-on avec un affrontement de barges tout à fait divertissant... mais le meilleur reste à venir !

Le meilleur, il arrive avec la nouvelle rencontre que fait Oga, dans un jardin public où Baby Beel est censé faire ses premiers pas. Cette rencontre, c'est celle d'Aoi Kunieda, une jeune fille en apparence tout à fait banale, qui promène son petit frère sous les ragots de commères qui prennent le bambin pour son fils. Une rencontre qui se fait avec panache, alors qu'Oga rattrape un Baby Beel balancé en l'air à 13 mètres de son point de départ, le tout sous le regard de mères horrifiées. Et à partir du moment où il va aborder Aoi, Oga, avec sa manière de parler tellement à côté de la plaque, va créer de bien jolis quiproquos et semer le trouble chez la jeune Aoi... Mais ce n'est pas tout ! A peine Aoi est-elle rentrée chez elle que l'on apprend qu'elle n'est autre que l'une des quatre membres du quadriumvirat TKKH, la reine de la baston du lycée Ishiyama, toujours suivie de ses deux camarades féministes qui ont juré de faire la peau aux loubards du lycée et de ne jamais avoir de petit ami ! Seulement voilà, la rencontre au lycée entre Kunieda et Oga (qui ne reconnaît pas la fille qu'il a vue la veille) va évidemment créer des étincelles, mais pas de la manière que l'on attendait ! Car à force de paroles étranges et mal comprises par son interlocutrice, Oga va réveiller chez la terrible chef de bande un véritable coeur de midinette ! Quant au combat tant attendu de Kunieda, finalement, il s'annonce en fin de volume face à un tout autre personnage, et l'on devine d'ores et déjà des superbes étincelles dans la suite des festivités !

Et parallèlement à tout ceci, Ryuhei Tamura ne perd pas une occasion de nous balancer ça et là des passages tout aussi hilarants, comme un jeu pour Baby Beel qui a vite fait de se retourner contre Oga et Hilda, ou encore l'apparition d'une autre bande de loubard qui disparaît aussi vite qu'elle est arrivée, avec en prime ce qui est sans doute l'une des présentations de personnages les plus ridicules de toute l'histoire du manga !

Ainsi, si l'histoire principale de Beelzebub suit son cours doucement et se développe juste à peine plus que dans le premier volume, tout ce que nous propose le mangaka à côté témoigne d'une inventivité et d'une envie de faire rire sans limites. Les personnages, tous à côté de la plaque, sont tous bien exploités (même si Baby Beel reste encore une fois assez en retrait) et sont joliment maltraités par l'auteur, les quiproquos et situations cocasses et malvenues fusent, les scènes de baston se veulent avant tout drôles et funs, et les interactions entre tous ces barges ne laissent jamais place au sérieux et annoncent une suite toujours plus ravagée. On en redemande !
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10092
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Beelzebub

Message non lu par Koiwai » 22 août 2011, 17:19

Tome 3:

Aoi et Hilda sont sur le point de s'affronter, mais leur duel est bientôt interrompu par de mauvaises nouvelles: Nene et Chiaki ont été retrouvées inanimées, et le responsable ne serait autre qu'Oga ! La chef des Red Tail abandonne alors son duel avec la jolie blonde pour aller donner une raclée à notre héros. Ainsi, Aoi et Oga se retrouvent face à face, notre héros ayant vite fait, comme à son habitude, de s'enfoncer dans des quiproquos ahurissants qui ne manqueront pas de faire rire. Puis bientôt, la vérité sur le véritable instigateur de tout ceci tombe, et l'on se retrouve à nouveau face à un nouvel ennemi sérieusement atteint. Entre baston et humour, le cocktail reste bien dosé, les réactions des personnages à côté de la plaque ou extrêmes participant beaucoup à l'ambiance.

Après tout ceci, quelques évolutions semblent apparaître du côté d'Aoi, désireuse de quitter les Red Tail. Néanmoins, en laissant ensuite la première place au personnage de Furuichi, ce qui est en soi une bonne idée, ce troisième volume souffre d'un petit coup de mou, qui ne dure heureusement pas très longtemps, la suite repartant bien vite dans quelques bons gros délires et quiproquos sérieusement allumés. Mention spéciale à celui dû à l'excellent Alindolon face à la famille de Furuichi !

La suite du tome, quant à elle, part sur d'autres considérations: Baby Beel est atteint d'un rhume d'été qui a pour petite particularité d'émettre une chaleur insupportable au point de faire fondre les glaces, s'évaporer l'eau et exploser les biberons. Face à cette situation critique, Oga ne réagit pas vraiment comme Hilda l'aurait espéré, et notre héros se retrouve chassé de chez lui par la miss ! Mais quand il revient, Hilda a disparu, puis c'est au tour de Baby Beel de s'éclipser. Alors qu'il s'en réjouit, Oga se retrouve bientôt pris sous la folie furieuse de sa soeur et contraint de rechercher les deux disparus. Au même moment, le redoutable Tôjô, dernier membre du quadriumvirat TKKH, se présente enfin face à notre héros, avec une petite surprise sur l'épaule, annonçant un quatrième volume mouvementé !

En attendant de voir de quoi il en retournera, ce troisième tome, qui reste régulièrement drôle, souffre de quelques baisses de régime qui ne durent jamais bien longtemps. Les quiproquos, moins nombreux, sont toujours là, de même que les réactions débiles et personnages ravagés, et les frasques de Baby Beel sont un régal.
Image

Avatar du membre
Hitsuji
Time Sheep
Messages : 666
Enregistré le : 12 juil. 2011, 18:37
Localisation : Près d'un chat ! :3
Contact :

Re: Beelzebub

Message non lu par Hitsuji » 02 sept. 2011, 12:58

Tome 3 :

Toujours aussi déjanté ! Après un début plus sérieux (axé baston) mais néanmoins léger dans ses enjeux, on a un retour de l'humour avec la débilité d'Oga et le retour d'Alindolon. Et un nouveau couple se forme (avis aux yaoïste, le Alindolon x Furuichi commence) !

Et puis on retourne sur la piste de Tôjo, dernier membre du quadriumvirat. Et, à suivre !

En gros, plus de la transition humoristique bien amenée, avant d'amorcer un quatrième tome plus violent et dynamique !
"on the internet, no one knows you're a cat."
—A cat.

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10092
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Beelzebub

Message non lu par Koiwai » 02 sept. 2011, 15:37

Hitsuji a écrit :(avis aux yaoïste, le Alindolon x Furuichi commence) !

Grand, grand moment !! :lol:
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10092
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Beelzebub

Message non lu par Koiwai » 16 oct. 2011, 15:10

Tome 4:

Alors que l'on s'interroge quant à la présence de Baby Beel sur l'épaule de Tôjô, la baston entre celui-ci et Ôga tourne plutôt court mais tient bien ses promesses tant on a droit à une baston fun, exagérée dans son déroulement avec les coups de boule que se rendent ces deux-là et la surpuissance de certains d'entre eux.

La suite du volume est énorme dans les proportions que prennent les événements, avec l'ensemble du lycée qui vient s'en mêler. J'ai beaucoup aimé le passage ou plein de gars sortent de nulle part pour venir se bastonner :lol: Et entre deux, voici qu'apparaissent deux nouveaux personnages très prometteurs, un médecin à l'apparence amusante et sa jeune assistante caractérielle que j'aime déjà beaucoup. Au beau milieu de ce bordel, Tamura nous sort quelques courts instants de pur WTF, je pense avant tout aux quelques pages où Ôga se retrouve plongé dans un rêve hilarant, dont le niveau de n'importe quoi ferait presque honte à Bobobo :lol:

Tamura semble tourner en roue libre, son histoire tient à peu de choses et privilégie le fun, après ça les craintes de voir une série interminable qui ne s'arrêtera que quand elle n'aura plus de succès sont encore plus fortes, mais pour le moment le plaisir de lecture est toujours là ^^
Image

Avatar du membre
titali
Diabolo Swing
Messages : 372
Enregistré le : 09 janv. 2010, 16:01

Re: Beelzebub

Message non lu par titali » 26 oct. 2011, 17:47

Beelzebub vol.4:

Alors que Baby Beel réapparaît sur le dos de Tojo, Oga tente de le reprendre en combattant Tojo, mais n’y arrive pas. En rentrant chez lui, il retrouve Hilda accompagnée d’un médecin et de son assistante venus des Enfers. Il apprend du médecin que Baby Beel a rompu le lien maléfique entre eux deux car la force de Baby Beel devenait trop importante pour qu’Oga puisse le supporter. Pour pouvoir récupérer Baby Beel, Oga devra donc progresser en conséquence…

Ryuhei Tamura a eu une excellente idée en mettant en péril le lien entre Oga et Baby Beel. A un certain moment, on aurait pu craindre que l’auteur n’expédie un peu trop vite l’épreuve consistant à réinstaurer le lien maléfique et relationnel entre Oga et Baby Beel. Surtout quand on a vu l’expédition de l’épreuve du rêve, même si absolument délirante, mais bon… L’auteur se rattrape, ensuite, en instaurant une alliance assez étonnante ; une alliance formée dans le seul but de vaincre Tojo. Et il est assez amusant de voir comment tout ça se termine en un véritable bazar ambulant.

Par contre, il faudra constater que le combat tant attendu entre Oga et Tojo n’aura pas lieu. On pourrait aussi reprocher que les combats sont toujours autant hâtés et amenés sans une once d’originalité. Ces défauts sont tellement apparents que cela pourrait faire en sorte qu’on passe un moment ennuyeux et lassant. Cependant, ce n’est pas du tout le cas. Là où réside toute la force de ce tome (et de Beelzebub entre autre), c’est qu’il se veut complètement barré et délirant ; il est là pour nous défouler. Et pour ceux qui chercheraient une intrigue totalement sérieuse, ils n’aimeront aucunement ce tome. Pour pouvoir l’apprécier, il faut pouvoir se laisser aller et déguster tous les délires que nous propose l’auteur.

Certes, on pourrait reprocher continuellement ce qui a été dit ci-dessus, mais ce sont surtout les personnages à la fois uniques et à la fois complètement déjantés, qui insufflent toute la force et l’originalité de l’œuvre.

Cependant, ce n’est pas pour cela non plus, qu’il faut négliger de mettre en place une intrigue digne de ce nom pour les tomes à venir. Sinon, malgré toute la force des personnages et de l’humour déjanté de l’œuvre, la série finira par nous lasser tôt ou tard, donc attention !

Du côté du dessin, cela ne change pas d’un iota, cela reste simple et fluide, ce qui va parfaitement bien avec l’ambiance de la série. Mais on ne désespère pas pour autant de voir une amélioration dans le dessin.

En conclusion, l’auteur continue de jouer dans le délire et dans le fun, pour notre plus grand plaisir. Mais il ne faudra pas se contenter de ça à l’avenir, il serait même judicieux de mettre en place une intrigue, au risque de se lasser et d’en faire une série longue et ennuyeuse.
Image
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10092
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Beelzebub

Message non lu par Koiwai » 01 déc. 2011, 19:36

Tome 5:

Suite et fin de l'affrontement contre Tôjô, qui reconsolide le lien entre Baby Beel et Ôga, et qui s'achève sur un événement complètement ravagé \o/ La suite est plus calme : bien qu'un nouveau personnage apparaisse très brièvement en ouvrant de nouvelles pistes, l'auteur se consacre plutôt à un entraînement de BB par Oga, irrité de voir le bébé apeuré par... une cigale à moitié morte. S'en suit un petit voyage d'entraînement où nos deux héros vont croiser une autre connaissance. Sympa à suivre, sans plus.
Par contre la dernière partie du tome m'a plié en lançant nos héros sur une nouvelle aventure, puisqu'ils se retrouvent ni plus ni moins catapultés dans l'une des pires régions de l'enfer. Ce nouvel arc en compagnie de la petite Lamia et d'Alindolon (qui est toujours aussi génial) débute assez fort, m'a fait hurler de rire de par la connerie que montre l'auteur via le physique de l'un des démons qu'il met en scène, et son langage très particulier (yopple ?). C'est improbable, WTF, débile, c'est ce qui me plaît.
Pour le reste, la recette habituelle : de la baston, de l'humour parfois trop discret, porté par l'aspect un peu fou de l'ensemble, le décalage de certaines situations, et le gros je m'en foutisme d'Oga.
Bref, ça reste plaisant à suivre, et il faut signaler une traduction vraiment très bien fichue, qui ne perd rien en fun.
Image

Avatar du membre
titali
Diabolo Swing
Messages : 372
Enregistré le : 09 janv. 2010, 16:01

Re: Beelzebub

Message non lu par titali » 14 déc. 2011, 22:24

Beelzebub tome 5 :

Baby Beel est enfin guéri, puisque le lien maléfique entre lui et Oga a été réinstauré. Ce problème à présent résolu, les choses sérieuses peuvent dorénavant commencer : le combat titanesque opposant Tojo et Oga.

La confrontation entre ces deux lascars s’avère très intéressante, même si parfois le découpage de l’action est un peu confus. Pour commencer, le mangaka nous propose pour une fois un réel combat sans intervention, tout en continuant de peaufiner son univers par l’intermédiaire de diverses révélations, en particulier sur la beelzemarque. Une fois le combat fini, avec grand soulagement, l’auteur n’arrête pas son récit abruptement, il continue ses révélations à l’aide de Tojo. Un geste qu’on apprécie d’autant plus qu’il approfondit le personnage amusant et mystérieux de Tojo. Au-delà du combat, Ryuhei Tamura développe allègrement le lien entre Oga et Baby Beel ; une confiance qui ne cesse de s’approfondir, jusqu’à même devenir aveugle. Après tout ce concentré d’émotions, l’auteur nous surprend positivement en terminant son chapitre sur une note absolument catastrophique et déjantée. Un pur délire à nous faire décrocher la mâchoire. Nous prouvant à tous, qu’il sait habilement mêler combat, relation et humour dans son récit avec panache.

Une fois cette partie achevée, l’auteur repart dans son récit habituel, accumulant les interactions barrées et les quiproquos. Il va ainsi faire apparaître un nouveau personnage en la personne du grand père de Kunieda. Ce très cher papy ambulant est développé comme tous les autres personnages du manga avec ses propres mimiques et stéréotypes ; il ne peut pas s’empêcher par exemple de tester les capacités combatives de tous les garçons qui s’approchent de sa chère petite fille. Et notre cher Oga n’y échappera pas non plus. Une petite anecdote qui a l’avantage de nous revigorer, avant d’enchaîner avec une nouvelle intrigue plus sérieuse.

Ryuhei Tamura repart donc sur une nouvelle intrigue assez surprenante et déjantée : alors que le médecin de l’enfer et Lamia, son assistante, repartent chez eux en enfer, voilà que par pure bêtise de Baby Beel, Oga et Furuichi se retrouvent aspirer eux aussi en enfer… On savait que tôt ou tard l’auteur allait se pencher sur la partie de l’enfer de la série, mais on ne savait pas que cela arriverait si tôt dans ce tome. Un coup de maître qui fait repartir la machine de manière très captivante. De plus, pour cette nouvelle intrigue, le mangaka va jouer sur des jeux de mot avec notamment le mot « enfer », et tout ceci avec pas mal d’ingéniosité pour pouvoir montrer tout le lien et l’ironie de la nouvelle intrigue mise en place. Ce sera aussi l’occasion pour lui d’étoffer l’univers de sa série. Bien que les thèmes abordés, pour ce nouveau chapitre, soient très palpitants, on pourra tout de même regretter un humour un peu trop présent, même si l’on sait que c’est la marque de fabrique de ce manga.

En conclusion, l’auteur nous offre un volume bien dosé et très varié dans la diversité des situations et des thèmes proposés. Les amateurs d’humour délirant ou de combat seront comblés au plus haut point avec ce volet-ci. Il s’agit sans conteste de l’un des tomes les plus captivants et réussis de la série.
Image
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10092
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Beelzebub

Message non lu par Koiwai » 15 févr. 2012, 22:24

Tome 6:
J'attendais plus de l'arc aux enfers. Je m'attendais à le voir durer un peu plus longtemps, à voir un peu plus de la faune infernale, et finalement le tout se boucle de manière très convenue, même si on a là un Furuichi aux petits oignons (mais niveau connerie, la fille d'Alindolon n'a rien à lui envier :lol: ) et un combat final qui va plutôt loin dans le nawak.
La suite enchaîne sur un fond plus convenu que jamais : nouvelle année scolaire, nouvelle classe dans un nouveau lycée (l'ancien lycée ayant été malencontreusement rasé par Oga, rappelons-le XD), ce qui signifie nouvelles têtes déjà bien chtarbées, et nouveaux problèmes.
La recette reste la même, le fond est ici plus basique que jamais, et j'avoue que c'est le genre de série que je zapperais sans problème s'il n'y avait pas ces gags sortis de nulle part, ces personnages crétins et ce ton qui ne se prend jamais au sérieux.
Image

Répondre