Detroit Metal City

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6385
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Detroit Metal City

Message non lu par Erkael » 02 mai 2010, 23:43

Vol 7: Negishi est vaincu, il doit céder sa place à Krauser premier du nom. Celui ci s’empare de sa guitare, de ses fans…bref de sa gloire ! La boss ne peut supporter ça plus longtemps !

On assiste là à la conclusion de cette lutte entre les deux Krauser, qui nous tiendra en haleine jusqu’au milieu de ce septième tome, et si globalement la passion n’est plus la même qu’elle pouvait l’être au début de la série, bien qu’on assiste à une certaine redondance des gags, on vit aussi, et heureusement, encore de grand moments : Negishi vivant en collocation avec de jeunes artistes en devenir, rêveurs, jusqu’à ce que la boss lui envoie des psychopathes pour qu’il se rappelle qui il est réellement ! Le tout donnant lieu à un reportage faisant penser à un film d’horreur…peut être le passage le plus hilarant de ce tome. A moins qu’il ne s’agisse de ce metalleux se baladant complètement à poil dans l’indifférence générale, personne ne le reconnaissant…à mourir de rire !

Une fois cette phase terminée, on retrouve les histoires courtes sur un seul chapitre et malgré quelques craintes l’auteur arrive encore à se renouveler et à nous proposer des choses nouvelles, comme une visite dans un salon de coiffure totalement délirante ou encore Krauser apparaissant devant le jeune frère de Negishi uniquement pour l’empêcher de perdre son pucelage avant son aîné…des situations grotesques mais terriblement drôle. Ce qui fonctionne un peu moins se sont certainement les gags scato survenant avec le retour de Deazm.

Un bon tome qui vient prouver que la série a encore de nombreuses choses à proposer !
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

santaichi
Messages : 7
Enregistré le : 06 mai 2010, 21:43

Re: Detroit Metal City

Message non lu par santaichi » 06 mai 2010, 22:30

Tome 6 : voir nishida et wada dans un chapitre chacun pour eux seul très sympa. L'histoire sur Krauser 1 est sympa dommage que l'on ne sache pas tout. Le fait que Soichi a la fin perde est triste et annonce peut être qu'il va suivre le métal à fond (du moins j'aimerais bien), je me demande comment va réagir la boss 'j'ai hâte de voir ça réaction"!
Tome sympa moins drôle que les précédant car histoire plus sérieuse !

Vivement le tome 7 (trop pressé de le recevoir !!!)

EDIT :

Tome 7 reçu: je suis très déçu de ce tome après une première lecture, je n'ai pas eu la flamme que j'avais dans les autres tomes, l'humour est moins présent beaucoup moins, la fin de l'arc krauser 1 est décevante par rapport au satanic emperor show qui était de la bombe ! L'auteur n'a pas réussi à trouver un truc original pour faire de soichi un tueur (du moins c'est mon ressenti). Le dessin est dans la continuité du 6, c'est du "DMC" je vois pas comment qualifié ça, quand je relis le tome 1 on s'aperçoit qu'il a progressé même si c'est toujours pas ça. J'ai bien aimé la fin du tome par contre :mrgreen:

Sinon j'espère que dans les prochains tomes, on verra soichi devenir un vrai métalleux et que DMC devienne un groupe mondialement connu :twisted: ! Et qu'il ne quittera plus son côté Krauser 2, mais la force de Krauser 2 es due au côté [spoiler]"baltringue"[/spoiler] de soichi (je remploie l'expression du manga d'ou les "", j'ai mis en spoiler pour pas choquer), du moins c'est ce que j'ai compris !


Vivement le tome 8

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6385
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Detroit Metal City

Message non lu par Erkael » 14 juil. 2010, 19:42

Vol 8: Dans ce huitième tome pas de grand arc scénarisitque s’étendant sur plusieurs chapitres, uniquement des petites histoires courtes, plus ou moins amusantes, dont deux qui s’étendent sur deux chapitres, qui sont aussi les plus intéressantes.

On retrouve le format dans lequel on a fait connaissance avec la série, peut être celui qui lui va le mieux, à savoir des histoires courtes qui permettent de se renouveler régulièrement, mais justement on ne prend plus autant de plaisir qu’au début parce que justement on a un peu l’impression de tourner en rond et maintenant ce sont le histoires plus élaborés et plus longues qui permettent de relancer l’intérêt. Et à la fin du tome justement, avec la constitution d’un groupe de remplaçants pour DMC qui décident de ne plus rendre leur place aux membres attitrés, on espère un nouveau défi pour le groupe, mais malheureusement cela n’excède pas le deuxième chapitre et la conclusion arrive un peu trop vite et sera assez décevante.

Pour autant il ne faut pas croire qu’on ne s’amuse plus à la lecture de ce titre, bien au contraire, chaque situation reste cocasse, les délires sont toujours aussi amusants, mais force est de constater que la magie a quelque peu disparu…c’est triste, c’est dur à admettre mais il faut se faire une raison !
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Wang Tianjun
Roi céleste
Messages : 4622
Enregistré le : 29 janv. 2009, 17:32
Localisation : Lyon

Re: Detroit Metal City

Message non lu par Wang Tianjun » 31 janv. 2011, 10:50

Tome 9 :
Je ne sais pas si c'est le fait d'avoir attendu 6 mois qui a réduit l'aspect redondant de la série à la faveur d'une certaine impatience, mais en tous cas, ça fait longtemps que je n'avais pas autant ri sur DMC ! (Et pourtant je l'ai lu dans les transports, cruel dilemme !)
Soichi a vraiment des moments pathétiques, même lorsque la dualité avec Krauser n'a pas lieu d'être. J'ai trouvé les premiers chapitres hilarants, notamment celui avec la fille avec qui il a des atomes crochus mais qui se révèle un laideron fini. Comme le dit Erkael dans sa chronique : on a tous plus ou moins vécu ça !
Je n'ai pas trouvé l'histoire finale transcendante, juste dans la lignée de la saga, et qui devrait offrir un final acceptable. Vivement la suite et la fin !
"Ah.. je suis en train.... de tomber en morceaux..."
Image
Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6385
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Re: Detroit Metal City

Message non lu par Erkael » 03 avr. 2011, 14:39

Vol 10: Après neuf tomes de pure délire bien gras, voila que nous arrive le dernier volume de cette excellente série qui a apportée tant de fraîcheur (mais sans légèreté) aux mangas que nous étions habitués à lire!

Le nouveau venu sur la scène Métal, God, le fils caché de la légende Carls Murder, a éradiqué toute la concurrence en sapant les shows des différents groupes, et même DMC en a fais les frais ! Soichi a disparu, la boss est dans le coma, rien ne vas plus !
On retrouve ce pauvre Soichi en France où l’auteur nous dépeint dans un premier temps un Paris idéalisé, où tout est merveilleux, où les gens sont adorables…de la pure science fiction ! Et très vite Soichi se rend compte que le rêve qu’il croyait être en train de vivre se transforme en une sorte de cauchemar où tout le monde l’ignore complètement, pire encore que quand il recevait des œufs en pleine poire.
De leur coté, les autres membres de DMC, ainsi que leur fans sont au fond du gouffre, il n’y a plus aucun espoir, Krauser a bel et bien disparu…

Ces quelques chapitres qui ouvrent le tome sont assez plaisant, et semble presque annoncer un final bien triste pour le groupe, mais le meilleur reste à venir et l’ultime affront de God va réveiller les pires pulsions de Soichi qui se laisse totalement absorber par le personnage de Krauser.
Le final se joue en grande pompes devant un public absorbé par le duel ultime qui va se jouer. Et le lecteur aussi se laisse bluffer. Autant on retrouve les grands délires qui ont marqué la série et dont l’auteur est friand, autant par moment il nous ferait presque vibrer avec des moments forts où Krauser écrase tout par son charisme. On pourrait presque ressentir l’effervescence, la folie qui s’empare du public…et tous ceux qui ont déjà connu ça (la folie d’un concert de Métal où la masse d’individus se transforme en une seule entité dévouée au groupe) s’y retrouveront !

Il fallait conclure en beauté, et l’auteur s’en sort à merveille avec un ultime adversaire de taille, qui acculé, va se transformer à de multiples reprises…on voit bien sur la référence à tous ces shonens de combats, Dragon Ball le premier, où les protagonistes se transforment pour accroître leur puissance. Et que dire de la dernière « transformation » de God ? Vraiment à mourir de rire !
Même le droit de posséder la célèbre et mythique guitare ayant appartenu à Jack Ill Dark et à Carls Murder avant lui se joue ici !

Après cette folie, après que Soichi ait enfin décidé d’accepter ce personnage qui malgré ce qu’il peut penser lui apporte tant de choses, l’auteur nous propose un dernier chapitre concernant la relation entre Soichi et Yuri…il fallait bien dénouer tout ça également. Et bien là encore l’auteur nous prend à contre pied et nous offre un ultime outrage, un ultime délire qui nous permets de dire au revoir à cette grande série tellement original avec un dernier sourire (et peut être avec un peu de tristesse également).

Un excellent dernier volume pour une série qui marquera à coup sur le genre !
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9820
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Detroit Metal City

Message non lu par Koiwai » 16 avr. 2011, 15:53

Tome 10: La fin d'une série sur laquelle je n'ai jamais cessé d'être très partagé, celle-ci n'ayant provoqué que quelques rares éclats de rire chez moi pendant son premier volume avant de tourner infiniment en rond sur les tomes suivants. Bizarre, car d'habitude j'aime assez ce type d'humour, mais là, je n'ai pas accroché à la façon très rentre-dedans d'amener les gags de la part de l'auteur. Globalement, j'ai eu la même sensation (ou, plutôt, la même absence de sensations) sur ce dernier tome, si l'on excepte le dernier chapitre qui est énorme et "conclut" merveilleusement la saga (bah oui, on a notre réponse à la seule interrogation de la série sur la relation Soichi/Yuri, et quelle réponse ! :mrgreen: ) :lol:
En somme, une série qui ne m'a jamais vraiment plu, jamais totalement rebuté. Quelques bons moments trop rares pour moi, et il est clair que je ne garderai pas un grand souvenir de l'ensemble.
Image

Répondre