Onmyôji, celui qui parle aux démons

Shojo, josei, yuri, yaoï... En d'autres termes voici la rubrique regroupant les genres de manga destinés à un public féminin!
Sorrow
Messages : 1270
Enregistré le : 14 janv. 2008, 22:28
Localisation : Entre deux mondes

Onmyôji, celui qui parle aux démons

Message non lu par Sorrow » 18 avr. 2011, 20:11

Onmyoji, celui qui parle aux démons
ImageImageImageImageImage

Auteure : Reiko Okano
Éditeur : Akata-Delcourt
Nombre de volumes au Japon : 13 (série terminée)
Nombre de volumes en francophonie : 5 (en cours)
Rythme de parution : irrégulier
Traducteur : Patrick Honnoré



Certains titres semblent voués à un échec commercial en France, et ce dès la couverture ou les premières pages. Maintenant, est-ce la faute du titre lui-même ? Parfois oui, parfois non. Par exemple, le genre dit « yôkai » n’est guère vendeur en francophonie, malgré les qualités de bien des titres sur la question. Sans doute est-ce parce qu’il s’agit d’une forme de culture trop japonaise, trop traditionnelle, et moins ludique et immersive derechef à certains égards. Si Onmyôji, celui qui parle aux démons est une forme de manga « yôkai », la série a néanmoins un statut plus ou moins particulier, qui ne s’adresse pas obligatoirement aux fans du genre, mais qui a malheureusement peu de chance de trouver un large écho dans le paysage francophone…

Onmyôji, celui qui parle aux démons est à l’origine une série de romans de l’écrivain Baku Yumemakura, et qui prend place durant la période Heian, c’est-à-dire la période considérée comme une forme d’apogée de la culture japonaise. À travers ses écrits, il nous conte la vie d’Abe-no-Seimei, un onmyôji légendaire. Figure historique qui semble être très célèbre dans son pays d’origine, et fait l’objet de nombreuses légendes et adaptations littéraires, il est quasiment inconnu chez nous. Cependant, le mystère qui l’entoure nous donne inévitablement envie d’en savoir plus une fois que ce nom est parvenu à nos oreilles. En effet, le terme « onmyôji » est par contre légèrement plus familier à certains dans le paysage manga francophone. Hao, le grand méchant de Shaman King, est lui-même un onmyôji redoutable, et plus récemment, dans Nura, le Seigneur des yôkai, une des héroïnes descend d’une famille célèbre d’onmyôji.
Image
D’un point de vue plus « réaliste », les onmyôji sont des sortes d’exorcistes, chargés de protéger la capitale et autres points sensibles des attaques des esprits maléfiques. Des personnes de haut-rang, s’il en est. Cependant, ici, oubliez la notion d’action trépidante lors d’exorcisme façon shônen, Seimei est un être qui exorcise les démons avec classe, certes, mais sans effets grandiloquents. Il sait garder son sang-froid et sa répartie en toute occasion. Rien ne lui semble impossible, et sa connaissance des arts occultes et des habitants des ténèbres semble inépuisable. Mais il n’a rien de lisse pour autant, et son esprit alerte, moqueur et ironique lui causera parfois bien des ennuis. Pour faire naître un sentiment d’empathie envers le titre, il est aussi important que le lecteur ait une personne à qui s’identifier dans ce monde de démons, et qui n’ait pas peur de poser des questions. Nous avons ainsi Hiromasa, un musicien de haut-rang à la cour impériale, et ami proche de Seimei. S’il fallait le comparer à une autre figure littéraire célèbre, ce serait sans doute le docteur Watson, l’assistant bien connu de Sherlock Holmes. En effet, grâce à sa présence, Seimei est bien obligé d’expliquer des détails plus techniques sur les affaires qui lui sont présentées, ce qui aide évidemment le lecteur a saisir les différents enjeux. De plus, la relation entre les deux êtres apporte une excellente dynamique au manga, avec souvent des touches d’humour bien venues.

Image

La première chose qui frappera le lecteur, c’est la sophistication certaine du dessin de l’auteure du manga, Reiko Okano. D’une grande élégance, qui pourrait sembler froide par moment, elle possède nulle doute un trait parfaitement adapté au propos et au rythme de l’histoire. D’une érudition fantastique, la série est aussi remarquable au niveau des détails historiques. Que ce soit au niveau des vêtements ou des coutumes de l’époque. Elle est aussi très riche en explications sur la voie du yin et du yang, les différentes coutumes, les détails sur l’époque,… Il va sans dire qu’on apprend énormément sur une période du Japon peu représentée dans les mangas en francophonie, à la lecture d’un tome d’Onmyôji.
Cependant, attention, le titre reste très accessible, notamment parce que le rythme est bien balancé entre explication et action, et que la narration permet de ne jamais s’y perdre dans l’histoire. Seul petite difficulté, les noms à rallonge des personnages ainsi que les visages qui se ressemblent un peu tous. Mais une fois habitué, aucun problème ne vient entraver notre lecture.

Du côté de l’édition française, il s’agit d’un sans faute de la part d’Akata-Delcourt. Il faut dire que la mangaka semble très impliquée dans la publication de son titre dans nos contrées, et cela s’en ressent sur le soin apporté à l’édition. On trouve aussi nombre de bonus en fin de tomes, tels des cartes ou des explications sur les grandes périodes historiques ou les religions. Maintenant, il est indéniable que le prix est élevé, mais il le vaut bien, pour tout le soin et à l’attention aux détails au titre. Sans oublier que le prix est encore bien inférieur à ce qu’il devrait être normalement, si on compte le peu de ventes potentielles et le prix de la licence sans doute assez élevé, étant donné l’aura de la série dans son pays d’origine.

La série est tellement dense qu’il est difficile d’en résumer ses composantes en seulement ces quelques lignes… Terminons donc par cette question : au final, à qui s’adresse ce titre ? Personnellement, je dirais à ceux qui cherchent à étendre leur connaissance de façon ludique sur la culture japonaise, à ceux qui n’ont pas peur de faire un effort à la lecture d’un manga, et ceux qui ne cherchent pas qu’un simple divertissement. Car Onmyôji, celui qui parle aux démons est un titre qui ne se lit pas à la va-vite. Il se savoure bien installé dans un fauteuil, il s’imprègne petit à petit dans notre esprit. Il est très difficile de lire un tome de cette série sans prendre son temps, au risque de passer complètement à côté de l’ambiance. Titre atypique mais accessible, d’une richesse folle mais très divertissant aussi, Onmyôji mérite indéniablement qu’on lui laisse une chance. Alors si vous voulez montrer que le public francophone a bon goût, n’hesitez pas à vous essayez à Onmyôji, celui qui parle aux démons. Et si vous n’êtes pas convaincu par ce premier tome, rendez-vous au suivant pour mieux cerner pourquoi il s’agit d’une série et d’un univers fascinant, à bien des égards.
Image
"Les bons livres sont une ancre pour ton bateau dans le port de la vie. Même si une grande vague arrive, ton bateau ne sera pas emporté. Tu pourras mettre les voiles quand tu auras accumulé suffisamment de forces et de connaissances."
"Et moi aussi j'ai un rêve stupide qui me tient à coeur. Il est temps de me bouger pour le réaliser."
"Don't Think, Feel!"

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9810
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Onmyôji, celui qui parle aux démons

Message non lu par Koiwai » 18 avr. 2011, 22:42

Ah, Onmyôji, un titre qui est sur ma liste d'achats depuis... euh... la parution du tome 1... Merci pour la piqûre de rappel :wink: Et on sent que tu aimes beaucoup l'oeuvre, avec cette présentation :)
Image

Avatar du membre
jojo81
The Doctor
Messages : 1170
Enregistré le : 19 févr. 2010, 23:17
Localisation : Albi
Contact :

Re: Onmyôji, celui qui parle aux démons

Message non lu par jojo81 » 18 avr. 2011, 22:55

Gros coup de coeur pour moi aussi. Je m'attendais à une lecture lourde mais en fait pas du tout. C'est très prenant et passionant. Et puis le dessin est magnifique.
Nostroblog: des copains et du goût !
Image
Don't turn your back. Don't look away. And don't blink.
Image

Avatar du membre
Asai
Messages : 74
Enregistré le : 09 mars 2010, 09:05
Localisation : Strasbourg

Re: Onmyôji, celui qui parle aux démons

Message non lu par Asai » 29 avr. 2011, 17:15

Vous me donnez vraiment envie de découvrir ... si je trouve, je pense que je vais craquer. Cela fais plusieurs fois que je tombe sur cette rubrique et cette fois c'est décidé, c'est sur ma liste d'achat.
Image

Avatar du membre
Hitsuji
Time Sheep
Messages : 666
Enregistré le : 12 juil. 2011, 18:37
Localisation : Près d'un chat ! :3
Contact :

Re: Onmyôji, celui qui parle aux démons

Message non lu par Hitsuji » 15 oct. 2011, 11:29

Tome 6 :
Un an après le tome 5 nous parvient enfin le suivant. Un tome bien épais qui voit une légère augmentation du prix. Mais au vu de la qualité de la lecture, ce n'est qu'un détail quasi-insignifiant.

Ce tome commence par un chapitre entier d'explication sur le Yin et le Yang, sur les figures géométriques telles que le pentagramme ou l'étoile à cinq branches, sur les différentes directions de l'espace et plein de trucs de ce genre. Un chapitre assez complexe et qui aurait pu être indigeste, tellement il fourmille d'informations, si la légèreté de Seimei et les différentes remarques d'Hiromasa ne venaient pas régulièrement interrompre le flux de donnés. Seimei, malgré le sérieux de ses explications, se moque toujours aussi ouvertement de son camarade, qui n'en mène pas large (et ne comprend pas grand chose, à l'image du lecteur). Une fois que l'on sait où veut en venir notre homme, ça va mieux.

Le reste du tome est moins compliqué, et explore de petites histoires mystérieuses, et un lien continue de se dessiner entre les différents chapitres et Seimei. De plus en plus, on sent que quelque chose se trame autour de sa personne... La deuxième partie du tome tourne autour de Hiromasa et de son amour pour la musique, et offre donc une ambiance plus calme et moins intriguante. Permettant de fermer le tome sur un ton plus serein, plus doux.

Si l'on excepte donc le premier chapitre de ce sixième tome (qui vous permettra quand même de dessiner un pentagone parfait, ou un yin/yang, ou une étoile à cinq branches, ou...), on tient là, sûrement, l'un des meilleurs tomes de la série. Et comme d'habitude, l'édition d'Akata est bonne,très bonne, enrichie en bonus, qu'ils soient d'origine ou rajoutés par l'éditeur. Seul mystère, la parution du tome suivant... (dans un an ?) ;_;
"on the internet, no one knows you're a cat."
—A cat.

Avatar du membre
Hitsuji
Time Sheep
Messages : 666
Enregistré le : 12 juil. 2011, 18:37
Localisation : Près d'un chat ! :3
Contact :

Re: Onmyôji, celui qui parle aux démons

Message non lu par Hitsuji » 17 mars 2013, 14:19

Ce tome 7 ne voit pas le retour des pages couleurs (malheureusement), mais une nouvelle augmentation de prix (malheureusement).

Cette fois-ci, une seule longue histoire, qui mêlera jeu de go et poésie, avec toujours autant d'humour (notamment grâce à Makuzu) et de finesse, alors que Hiromasa se retrouve encore une fois mêlé à une histoire qui le dépasse largement. Heureusement, Seimei veille sur tout ce petit monde, sourire en coin.

Un tome qui nous en apprend un peu plus sur l'histoire du Japon et sur ce concours de poésie à priori célèbre, tout en l'adaptant à la sauce Yokai. Et ça fonctionne bien.

La traduction, les notes explicatives et les bonus sont toujours aussi bons.

Comme à l'accoutumée, il faudra s'armer de patience pour la suite, mais le jeu en vaut la chandelle.
"on the internet, no one knows you're a cat."
—A cat.

Répondre