The Swordsman

Cette rubrique est consacrée à toutes les séries qui ne sont pas issues du Japon mais qui s'apparentent au manga. Vous y retrouverez donc les manwhas (Corée), les manhuas (Chine), mais aussi les séries appartenant au "Global manga" (courant qui regroupe notamment des auteurs français).
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9879
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

The Swordsman

Message non lu par Koiwai » 16 oct. 2011, 13:52

Image
La fiche sur MN


Tome 1:

Après Gui et The Breaker, Booken Manga offre avec The Swordsman son troisième manhwa, et son troisième récit orienté action. Toutefois, exit ici les ambiances d'école ou un peu plus fantastiques, car Lee Jae-Heon et Hong Ki-Woo, les deux auteurs, nous plongent en pleine histoire de la Corée, à l'époque Joseon et plus précisément dans les années 1700, pour y suivre l'histoire du plus grand bretteur du pays: Baek Dongsu, maître du sabre et co-auteur du Muyedobotongji, manuel d'entraînement contenant toutes les techniques d'arts martiaux d'Asie de l'Est. En somme, un personnage présenté comme l'équivalent coréen du légendaire Musashi Miyamoto, rien de moins !

Mais dans ce premier volume, le rôle principal n'est pas encore laissé à Baek Dongsu, qui n'est qu'un personnage parmi d'autres. On se retrouve ici au coeur de la cour du Roi de l'époque, et des complots politiques qui vont avec. On découvre donc un monarque qui semble plutôt droit et qui peut compter sur ses plus fidèles éléments, en tête Suwon, stratège et maître de Dongsu et de deux autres jeunes garçons. Devant faire face à un complot de certains membres de la cour visant à contraindre le Roi à condamner à mort son unique fils héritier, Suwon met en place un plan ayant pour but de sauver la vie du prince héritier tout en le faisant passer pour mort.

Et voici le décor planté, vite et bien, présentant d'ores et déjà quelques têtes charismatiques, Suwon en tête, mais ne parvenant pas pour autant à bien différencier tous les protagonistes. Ainsi, on s'y perd un peu du côté des ennemis, en ayant du mal à placer un rôle précis sur chacun d'entre eux au sein de la cour, ou en ayant quelques difficultés à bien saisir le lien qui existe entre certaines "secondes mains" et certains membres du clan du Roi. Néanmoins, les deux auteurs savent dégager une certaine force de l'aspect politique, qui reste somme toute assez basique mais efficace: mise en avant des objectifs de chacun, mise au point de stratégies, trahisons ou fausses trahisons... Les rebondissements arrivent avec une fluidité que l'on ne connaît pas forcément toujours au manhwa (citons Gui, pour prendre un exemple issu du même éditeur), et au final, on ne s'y perd pas le moins du monde. Mais le contraire aurait été somme toute un peu inquiétant, étant donné que l'aspect politique reste encore très basique.

Car la politique a tendance à se faire supplanter ici par le leitmotiv de la série, à savoir l'action. Rapidement, Lee Jae-Heon et Hong Ki-Woo s'imposent un rythme effréné, qui ne laisse que très peu de répit en proposant déjà, entre les avancées de cette histoire de complot, des scènes de combat au sabre au départ un peu lisses, mais qui trouvent très vite leurs marques. On assiste à des combats souvent court et bien orchestrés, portés par une bonne gestion des cases et un trait fin et précis, qui ne s'encombre pas du superflu et jouit d'une mise en scène efficace. De ce côté-là, on sent un vrai potentiel dans le trait du dessinateur, un potentiel qui n'a plus qu'à s'affirmer pleinement.

Au final, ce premier tome constitue une bonne petite surprise. Assez basique mais bien équilibré, le cocktail complots politique/action prend bien et permet de poser de manière correcte les bases de l'histoire et les personnages. On suivra l'évolution de la série avec intérêt, en ayant hâte de voir l'influence que les événements auront sur Baek Dongsu.

L'édition de Booken est de très bonne facture: traduction fluide et parsemée de notes de traduction utiles, papier agréable, impression de qualité correcte.


Tome 2:

Suwong et ses disciples ont la dure tâche d'aider l'héritier légitime du trône à s'échapper sans que personne ne sache qu'il est encore vivant. Mais les ennemis ont anticipé le plan du stratège du souverain, et voici désormais Suwong, Baek Dongsu, Hong Kukyoung et le prince héritier contraints de faire face à de redoutables ennemis, et plus d'un pourrait bien y laisser la vie...

Ainsi s'ouvre ce deuxième volume, qui donne d'emblée dans l'action en concluant la phase d'introduction de l'histoire, via un bouleversement dramatique prévisible et amené de manière on ne peut plus classique, mais pourvu d'une réelle efficacité. L'efficacité est d'ailleurs le maître mot de ce début de tome mouvementé: si l'on a d'abord un certain mal à différencier les nombreux protagonistes dans cette bataille en plusieurs temps, tant ceux-ci débarquent parfois soudainement, le rythme est soutenu, porté par le trait fluide et précis de Hong Ki-Woo, qui, s'il manque encore un peu d'ampleur notamment au niveau de l'impact des coups, propose une mise en scène cohérente rendant le déroulement du combat parfaitement compréhensible.

Après la fin brutale de cette introduction, les choses sont enfin en place pour commencer la mise en avant de notre héros, Baek Dongsu. Et avec la prise d'importance de ce jeune garçon d'ores et déjà intrigant tant il peut se montrer à la fois fougueux et enragé, se mettent en place de nombreux autres éléments qui enrichissent rapidement le récit tout en assurant un rythme effréné au volume. Ainsi, les enjeux politiques, encore un peu flous dans le premier tome, sont un peu mieux précisés notamment via le rôle du Nolon, et de nombreux nouveaux personnages débarquent, dont trois ravissantes jeunes femmes qui semblent chacune destinées à avoir un rôle important, et un nouveau bretteur hors-pair qui débarque, intrigue de par ses incroyables talents, et n'a pas besoin de dévoiler son visage pour devenir d'emblée charismatique. Le talent des auteurs est ici de parvenir à faire entrer en scène ces différents protagonistes sans jamais perdre le lecteur, en expliquant parfaitement quel est le rôle de chacun au sein de la cour. Pendant ce temps, certains personnages déjà en place continuent de prendre leurs marques, à commencer par ce puissant bandit qui se pose dans le rôle classique de l'ennemi désireux de voir ce que va devenir le jeune tigre qu'est le héros. Ajoutons à cela quelques repères historiques bien distillés, un réel effort sur les costumes et décors d'époque, et toujours de l'action bien rythmée et qui ne demande qu'à développer l'aspect stratégique lié à l'utilisation de différentes armes (un aspect encore faible) et l'on obtient un cocktail à coup sûr immersif.

Après la fin de l'introduction, Lee Jae-Heon et Honk Ki-Woo mettent ici en place, de manière soutenue et claire, tout ce qu'il faut pour que l'aventure de Baek Dongsu démarre réellement dès le prochain volume. La lecture est un plaisir, et l'on a hâte de voir comment vont se résoudre les intrigues politiques, et comment va évoluer ce jeune tigre fougueux, qui, malgré ses talents, a encore tout à apprendre de la maîtrise des armes et de son caractère.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9879
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: The Swordsman

Message non lu par Koiwai » 24 oct. 2011, 08:11

Tome 3:

Baek Dongsu s'est vu confier une mission, mais avant de se mettre en route, il se doit de dire au revoir à une certaine personne... Et étonnamment, il s'agit de la belle Sohee. Ainsi, ce volume s'ouvre sur une mise en avant un peu plus poussée de la jeune femme (il faut bien avouer que le récit manquait un peu de féminité jusqu'à présent), via la nature de sa relation avec notre héros et son passé commun avec lui, pas vu d'un très bon oeil par tout le monde, y compris par le père de la demoiselle. Il s'agit surtout là d'une bonne occasion de percevoir l'un des grands objectifs de Dongsu, bien décidé à changer les mentalités en brisant les barrières du rang et en allant à l'encontre du système de castes régissant le pays.

Après cette ouverture, et tandis que Kukyoung entame la lourde tâche de tenter de changer les choses de l'intérieur en se rapprochant du Nolon, notre héros peut enfin se mettre en route vers la première étape de sa mission: la rencontre avec Jo Jae-Ho, apparemment susceptible de connaître les dernières volontés du prince héritier. Mais avant de rencontrer sa cible, Dongsu va avoir fort à faire, devant gagner la confiance de certaines personnes, le tout devant évidemment se régler au combat.
Ainsi, de fil en aiguille, et tout en faisant entrer en scène de nouveaux personnages dont une charmante jeune femme, un homme aux techniques de combat impressionnantes et un nouvel ennemi à la dernière page, les auteurs font tranquillement évoluer leur histoire en n'oubliant pas l'action, celle-ci étant toujours aussi bien rendue par le trait et le découpage fluides de Hong Ki-woo. Un plaisir d'autant plus présent que les combats sont assez variés, puisque l'occasion nous est donnée, cette fois-ci, d'entrevoir les talents de Dongsu au bâton ou à l'arc, par exemple.

Continuant d'avancer tranquillement, l'histoire de The Swordsman, si elle n'a rien de révolutionnaire, continue de séduire, de par la fluidité et la logique de l'ensemble, et également grâce à un rythme soutenu, bien porté par de l'action justement dosée et des nouveaux personnages intrigants. Une série qui continue de confirmer son potentiel.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9879
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: The Swordsman

Message non lu par Koiwai » 28 oct. 2011, 00:08

Tome 4:

Alors qu'un duel était en cours entre Baek Dongsu et Jinki, un terrible ennemi vient les interrompre: le capitaine Yongho, chargé d'éliminer Dongsu. S'engage alors entre ces deux derniers un duel rendu toujours aussi prenant par la fluidité des dessins de Hong Ki-Woo, qui retranscrit clairement chaque geste important. Le combat est rendu d'autant plus intéressant que l'épée de Dongsu ne peut rien contre le dang-pa de Yongho, un trident conçu notamment pour contrer les épées, trop courtes pour faire le poids ou se retrouvant prises entre les dents. S'en suit alors une lutte stratégique pour Dongsu, qui, pour mettre au point un plan, se doit de puiser dans les souvenirs de ce qu'a pu lui dire son défunt maître sur cette redoutable arme, réputée invincible si elle est parfaitement maîtrisée...

Après un plan prouvant à nouveau toute la fougue de notre héros, le duel se voit écourté, ayant permis de montrer tout le talent de Yongho, un personnage qui, sans aucun doute, aura à nouveau son importance par la suite. Blessé, Dongsu est en convalescence et peut enfin discuter calmement avec Jinki et Jo Jae Ho. Tandis qu'une nouvelle piste dans l'avancée de sa mission s'ouvre devant Dongsu et que le danger guette de plus en plus autour de lui, des têtes commençant à tomber, les auteurs n'oublient pas pour autant les intrigues du palais et prennent donc également le temps de continuer à développer les choses de ce côté-là. Ainsi, tandis que Kukyoung met en valeur un autre de ses talents, le danger se fait également de plus en plus pressant autour du souverain, qui voit les traîtres apparaître jusque dans sa garde, mais également autour de son petit-fils...

Toujours rythmé par des combats de très bonne facture et par une histoire qui continue de se développer sur tous les points et de gagner en tension, ce quatrième volume est, comme ses prédécesseurs, un excellent moment de lecture. Les choses commençant sérieusement à se compliquer pour notre héros, on a hâte de voir de quoi la suite sera faite, d'autant que l'on a à nouveau droit à un tome se refermant sur l'apparition d'un nouveau personnage, un artiste historique dont on se demande bien quel rôle il va jouer.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9879
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: The Swordsman

Message non lu par Koiwai » 19 janv. 2012, 01:14

Tome 5:

Tandis que les menaces continuent de pleuvoir autour de son Excellence, Baek Dongsu, désormais accompagné d'un étrange peintre qui veut à tout prix faire son portrait, fait route vers Pyoungan-Do. Mais Jinju, suivant les dernières paroles de Jo Jae-Ho, est à sa poursuite afin de l'empêcher de voir le gouverneur de la ville... Pour quelle raison ? Une fois sur place, une mauvaise surprise pourrait bien attendre Baek Dongsu...

Dans ce nouveau tome, les choses continuent de suivre leur cours à rythme un peu plus lent, mais non moins intéressant. Entre quelques scènes d'action toujours aussi plaisantes même si moins riches, principalement parce que ne disposant pas du petit aspect stratégique lié aux armes (on notera toutefois quelques petites informations sur les sabres japonais), Baek Dongsu et Jinju croisent la route de nouveaux personnages charismatiques et sans doute voués à jouer un rôle important par la suite, tandis que l'on se demande encore à quoi va servir le peintre. Ensemble, les voici obligés de s'interroger sur Jeong Hwiryang, le gouverneur de Pyoungan-Do, qui se montre étrangement hostile et semble cacher bien des choses...

Ici, on a plutôt l'impression d'avoir à un volume de transition, visant à faire entrer en scène de nouveaux personnages, à consolider un petit groupe d'alliés autour de Baek Dongsu, et à éveiller la curiosité autour de Jeong Hwiryang. De ce fait un peu moins palpitant, ce volume accomplit néanmoins bien son rôle, et a toutefois le mérite, en fin de volume, de lever une partie du voile sur ce qu'est devenu le prince héritier. Tout ceci annonce une suite intéressante.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9879
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: The Swordsman

Message non lu par Koiwai » 21 juin 2012, 00:11

Tome 6 :

Après une parution irrégulière des cinq premiers volumes, le sixième tome de The Swordsman nous arrive dans la douleur, 5 mois après le cinquième, la faute à quelques reports. Dès lors, il faut un petit temps pour se remettre dans l'ambiance, mais pour ça, on peut compter sur la narration immersive des auteurs.

Nous retrouvons donc Baek Dongsu et ses compagnons, à la rencontre d'une homme dont notre héros va devoir gagner le respect et la confiance en prouvant ses vertus de combattant. Chose non aisée, l'adversaire se montrant redoutable...
Voici donc un nouveau duel dans un volume principalement orienté action, une action rendue assez immersive par la narration des auteurs, qui ne lésinent pas sur les informations liées aux armes, mais aussi par le trait de Hong Ki-Woo qui reste fluide en toute circonstance malgré quelques raccourcis dans la mise en scène, et par un bon sens du rebondissement autour des difficultés de Baek Dongsu et de la faculté d'adaptation dont il va devoir faire preuve. Toutefois, attention à bien rester attentif, car au milieu des nombreux noms typiquement coréens dont certains se ressemblent beaucoup (les noms d'armes et de techniques, principalement), le lecteur pourrait facilement se perdre un peu. Quoi qu'il en soit, au final, l'adversaire de Dongsu ne pourra que se rendre compte des prédispositions impressionnantes du jeune homme au combat.
Mais un combat en appelle un autre, et quand le véritable ennemi apparaît, l'heure est venue pour les deux hommes de s'entraider. Ici, on pourra regretter le changement de comportement rapide de l'adversaire de Dongsu à partir de l'arrivée des ennemis, mais ce détail est vite oublié par une bonne exploitation des différents personnages, notamment la femme arrivée aux côtés de Dongsu dans le tome précédent. Quant à Jinju, sa façon de se comporter intrigue.

Si l'action a déjà été meilleure précédemment grâce à une mise en scène plus travaillée, le récit reste dynamique, efficace, mais dans les faits, on constate que l'histoire n'avance ici que très peu, puisque les évolutions se limitent à quelques brèves informations qui seront utiles à Dongsu dans sa quête. Notamment, on retiendra le réel souhait du prince héritier, qui annonce une suite plus grande. Et de l'autre côté, l'apparition du fils de Suwong devrait également amener de nouvelles choses.

Un volume qui fait plutôt du surplace mais qui s'avère dynamique, et qui prépare le terrain pour une suite plus ambitieuse.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9879
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: The Swordsman

Message non lu par Koiwai » 26 juin 2013, 07:45

Tome 7 :

Quasiment un an jour pour jour après le sixième tome, The Swordsman effectue enfin son retour en librairie avec la parution du septième opus. Une longue attente qui jour évidemment quelques tours à nos souvenirs des précédents événements, et de ce fait, il est vraiment dommage de ne pas avoir droit, en début de tome, à un petit récapitulatif des choses, ce qui aurait été franchement utile.

On replonge donc dans la lecture en tâtonnant un peu, et on finit par reprendre ses repères après quelques dizaines de pages. Heureusement, car ce volume se veut assez riche, en continuant de développer doucement mais sûrement plusieurs pistes.

Pour rappel, Jo et ses sbires ont été tués, et le groupe de Baek Dongsu, composé de notre héros, de Jinju, de la ginseng et du peintre Kim, se retrouvait poursuivi et contraint de se séparer.
Blessée, la ginseng trouve une aide pas forcément attendue, tandis que notre héros se fait capturer par un ennemi dont l'alliée ne semble être autre que Jinju, dont le comportement est décidément assez étrange. De ce côté-là, les choses évoluent en réalité assez peu dans ce tome, Ja-Heon Lee et Ki-Woo Hong y prenant surtout le temps de bien développer le contexte, en faisant entrer en scène de nouveaux personnages importants et en précisant les intérêts de certains.

Ainsi voit-on arriver Hong Bonghan, qui n'est autre que le chef du Nolon, au détour d'une conversation bien menée contre l'un de ses ennemis politiques. L'ensemble laisse entrevoir la stratégie politique de cet homme encore difficile à cerner.
C'est également la belle Kim Sohee qui gagne beaucoup en charisme, en démontrant ses impressionnantes facultés oratoires lors d'une petite rixe où elle met joliment en avant les contradictions et errance des lois lorsqu'elles sont respectées à la lettre. La jeune femme prend enfin toute sa place dans la série, dès lors qu'elle reçoit des sollicitations inattendues...
Quant à Kukyoung, on découvre un peu plus son passé, et plus précisément l'époque où il a décidé de s'éloigner des siens en lien avec le Nolon.
Enfin, on retrouve Hwang Jinki et l'étrange moine agressif face à face, pour un petit combat au corps à corps bien mis en scène, qui est surtout là pour entretenir un peu le rythme.

Au fil de ce tome, d'autres petites scènes d'action sont de la partie, histoire de ne pas laisser retomber la tension, et celles-ci sont simples ais plutôt efficaces, portées par le trait clair et précis de Ki-Woo Hong, et par de nouveaux petits détails sur les armes utilisée. Ici, vous en apprendrez notamment plus sur le dung pa, un redoutable bouclier à la technique de fabrication aussi longue et précise qu'onéreuse.
Pour le reste, Dongsu est en plutôt en retrait et laisse place à de nombreux autres personnages dont les motivations et futurs agissements se précisent peu à peu, posant ainsi tout un contexte politique que l'on a hâte de voir progresser, si tant est qu'on reste suffisamment attentif et qu'on ne se perde pas un peu au milieu de tous ces personnages.

On reste donc sur une très bonne lecture, car loin de se contenter de l'action, les auteurs croquent à leur rythme tout le contexte de l'époque, et ouvrent de nombreuses voies que l'on a hâte de voir se rejoindre.

Côté édition, attention à l'orthographe ! Les coquilles sont trop récurrentes et parfois vraiment grossières, on atteint même un nombre record de cinq fautes en une seule page (la page 131, en l'occurrence).
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9879
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: The Swordsman

Message non lu par Koiwai » 24 févr. 2014, 20:07

Une info qui est passée inaperçue, apparemment en Corée la série s'est terminée au tome 9 en 2012. Ca se confirme avec le mot du dessinateur à la fin du tome 8, qui vient de sortir chez nous.

Ca, je ne l'ai pas du tout vu venir. Je m'attendais à une longue épopée, ce ne sera donc pas le cas. J'espère que la conclusion sera à la hauteur.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9879
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: The Swordsman

Message non lu par Koiwai » 24 févr. 2014, 21:59

Tome 8 :

Baek Dongsu a été capturé par le général Gu, le chef des forces militaire du Hunlyun Dogam et instigateur de la tentative d'assassinat du prince héritier Sado, qui cherche désormais a exécuter notre héros sur des motifs de désertion et de trahison. Mais en face, les alliés de Dongsu commencent à s'agiter pour le sauver. Kukyoung et les siens se préparent à entrer en action, mais sont stoppés net par un envoyé de Kim Sohee, qui leur a demandé de ne pas agir de front parce qu'elle a elle-même un plan bien précis pour sauver Dongsu...

Le fougueux Kukyoung et ses compagnons face à l'envoyé de Kim Sohee. Si tous ont, dans le fond, le même objectif de sauvetage de Dongsu, cette rencontre reste un bon prétexte pour ce qui sera le seul combat entier de ce huitième et avant-dernier volume de la série. Le combat est court mais est très bien retranscrit par Hong Ki-Woo, qui met avant tout ses talents au service d'une belle mise en avant des armes qui s'entrechoquent et de leurs spécificités. De ce côté-là, le soin apporté est toujours évident.

Puis ce moment d'action passé, on retrouve la belle Sohee, qui met en oeuvre son plan et ses relations très haut placées pour sauver Dongsu. Au programme, une joute verbale bien tournée et pleine de diplomatie contre Gu, pour un résultat qui, une nouvelle fois, met joliment en valeur les talents oratoires de Sohee.

Soda mis en sûreté et Baek Dongsu sauvé, il faut désormais contrer les agissements de Gu... Mais cela est-il seulement possible de front et dans l'immédiat ? Pour le souverain, la réponse est non. Dans un royaume où le bonheur du peuple réside dans l'équilibre entre l'autorité royale et le pouvoir vassal du Hunlyun Dogam, ce dernier a pris une importance peut-être plus forte que le Roi lui-même, qui ne peut alors démettre Gu de ses fonctions sans semer le trouble. Les auteurs nous expliquent avec une grande clarté ces enjeux diplomatiques... Mais Baek Dongsu, lui, acceptera-t-il de mettre de côté ses propres envies, qui résident dans le retour du prince héritier Soda ? Rien n'est moins sûr, et notre héros, qui peut toujours compter sur ses plus fidèles alliés (dont la mignonne Jinju, dont il se rapproche un peu), va désormais tenter le tout pour le tout en impliquant plus que jamais le charismatique bandit Hwang Jinki. Ce qui, en fin de tome, nous offre les prémisses d'une bataille à couper le souffle.

Des enjeux politiques et diplomatiques entre le pouvoir royal et le Hunlyun Dogam, jusqu'aux désirs enfin dévoilés de Baek Dongsu, en passant par le combat du début de tome, les prouesses oratoires de Kim Sohee, le rôle de Kukyoung ou les interrogations autour de celui du ministre des arts ou de la ginseng (encore discrets), tout est d'une clarté exemplaire, et l'histoire devient plus immersive que jamais. Tout est prêt pour l'affrontement final dans le neuvième et dernier tome, que l'on espère à la hauteur !
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9879
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: The Swordsman

Message non lu par Koiwai » 28 avr. 2014, 21:11

Tome 9 :

La fin du huitième volume de The Swordsman nous laissait dans l'espoir d'un affrontement épique, et celui-ci arrive bien dans les premières pages de ce neuvième et déjà dernier tome de la série. Face à leurs adversaires, Hwang Jinki et ses compagnons doivent tout donner... mais tout se passera-t-il comme prévu ? La réponse arrive très vite, et la tournure des événements, faite de quelques surprises et de grands sacrifices, tient toutes ses promesses. On regrettera juste l'aspect assez rapide du combat, et son côté un peu moins technique qu'à l'accoutumée, mais visuellement les planches de Hong Ki-Woo restent très claire et denses.
Cet affrontement à la tournure imprévue ne fait que semer le doute chez notre héros, Baek Dongsu, qui doit alors relancer ses ambitions en allant retrouver le prince Soda, mais une fois sur place, un nouveau coup dur l'attend, une information qui vient ruiner ce pour quoi il se battait...

Après avoir bien préparé le terrain aussi bien pour les combats que pour les enjeux politiques, les auteurs offrent dans ce dernier tome de The Swordsman toute une partie qui a surtout pour but de mettre à mal les ambitions de Baek Dongsu, ce pour quoi il se battait jusqu'à présent. Le jeune combattant continue de perdre ses mentors en même temps que ses convictions, et est mis face à une dure vérité : les raisons pour lesquelles il luttait jusque là étaient-elles réellement le fruit de sa propre volonté ? N'était-il pas conditionné par les ambitions de son entourage ? Meurtri, il doit désormais trouver sa voie, son objectif, par lui-même.
C'est là tout l'enjeu de la fin de la série. Tandis que les auteurs n'oublient pas, en parallèle, de continuer à faire bouger les pions politiques (notamment du côté de la caserne de Pyoungan et du côté de Kukyoung et du jeune prince), la dernière partie du tome sert à forger en Baek Dongsu un combattant hors-pair, avec ces qualités qui le feront entrer dans la légende des plus grands guerriers coréens. Après les désillusions et à force d'un long entraînement, Baek Dongsu doit se reforger, renaître de ses cendres. Et c'est précisément au moment de la naissance d'un futur grand bretteur que The Swordsman prend fin, de façon assez abrupte, comme les auteurs le reconnaissent eux-mêmes.

On ne le cachera pas : malgré un plaisir de lecture qui est toujours là, la fin de The Swordsman est extrêmement frustrante, car il ne s'agit pas d'une vraie fin, mais plutôt de la conclusion d'une première partie, celle de la jeunesse et de la naissance d'une légende. Là-dessus, Lee Jae-Heon et Hong Ki-Woo offrent une dernière page pleinement ouverte sur la suite de l'histoire... sans qu'on sache si celle-ci verra le jour ou non. L'envie des auteurs de raconter un jour la suite des aventures de Baek Dongsu est clairement visible dans leur mot présent dans ce tome, mais pour l'heure ils ne peuvent que s'excuser d'avoir dû mettre fin à leur oeuvre si brutalement, sans préciser pourquoi ils ont dû la finir ainsi. On ne peut qu'espérer que The Swordsman aura un jour droit à sa suite... et que celle-ci sera publiée en France, si tel est le cas !
Image

Répondre