Magi - The Labyrinth of Magic

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10044
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Magi - The Labyrinth of Magic

Message non lu par Koiwai » 19 mai 2015, 12:55

Tome 19 :

La bataille entre Rehm et Magnostadt, déjà complexe de par les déchirements personnels de certains personnages comme Titos, se durcit encore avec l'arrivée des forces de Kô, qui semblent décidées à laisser les deux pays adverses s'affaiblir pour mieux envahir Magnostadt après. Mais peut-être que l'arrivée de Kôha Ren et des autres marque surtout autre chose. Pendant que les nations s'entredéchirent, le véritable ennemi, dans l'ombre en profite pour s'immiscer et enfin laisser éclater ses meurtrières ambitions...

Si Shinobu Ohtaka nous a largement habitués à un rythme très soutenu dans sa série, ça n'a jamais autant été le cas que dans ce volume enchaînant les énormes bouleversements et retournement de situations... Un peu trop, peut-être, car même si les choses resteront claires pour les lecteurs attentifs et passionnés, il faut quand même signaler un fort risque de s'y perdre un peu, surtout vis-à-vis des nombreux personnages qui débarquent, notamment les sbires des différents membres de la famille Ren. C'est très dense et ça va vite, très vite, parfois trop vite.

Mais si l'on s'accroche, on ne peut que constater que Shinobu Ohtaka reste pleinement maîtresse de son récit et n'y oublie rien. Tandis que les forces de Kô arrivent, que l'on découvre un peu plus Kôha, que l'on voit enfin réellement entrer en scène un Kôen qui en jette et que l'on a droit à de nouvelles explications cohérentes sur les "rokhs noirs" et "djinns noirs" par exemple, la mangaka continue de s'intéresser de façon plus personnelle aux personnages-clés de cet arc. On découvre encore un peu Mogamed, les origines de sa haine pour les humains (mais s'agit-il vraiment d'une haine ?) et son sens du sacrifice pour protéger les siens, tout ceci reposant la question du rôle des sorciers. On est intéressé par la décision d'Ali baba face à Kôen. On s'interroge sur les choix et tourment de Shéhérazade. On est bluffé par la nouvelle puissance d'Aladin et par sa détermination. Mais c'est évidemment Titos qui reste le plus intéressant : condamné à disparaître il doit désormais faire un choix : se battre contre la menace cachée en Magnostadt aux côtés d'Aladin et d'Ali Baba, s'opposer à eux en soutenant Rehm aux côtés de sa "génitrice" Shéhérazade, ou se lancer dans la lutte contre Kô aux côtés des sorciers. Seulement, saura-t-il faire le bon choix ? Lui qui n'est en vie que depuis un an, peut-il accepter si facilement la mort, alors qu'il vient à peine de découvrir sa raison de vivre et ce qu'il a envie de protéger et qu'il a le sentiment de n'avoir rien accompli ? La réponse à ses tourments pourrait bien venir de celle qu'il a extirpée de la zone 5...

Résulte de tout ceci un volume qui, en plus d'être très dense, se révèle fort en tension et en émotion. Mais ce n'est rien à côté de la dernière ligne droite du volume, sorte de concrétisation de tout ce qui a eu lieu avant, puisque le véritable ennemi se dévoile enfin. Et l'on ne peut que constater une énième fois que l'auteure sait où elle va, tant le terrain a été bien préparé, que ce soit au sujet des desseins de Gyokuen Ren, de l'accumulation de puissance à Magnostadt qui avait un rôle bien précis, ou des nombreuses bribes d'informations des tomes précédents qui trouvent une consolidation autour d'Il Ilah et d'Alma Torran, le monde disparu que le roi Salomon dominait autrefois.

Il faut bien s'accrocher à la lecture de ce tome très riche, extrêmement dense et parfois légèrement confus, mais ça vaut clairement le coup, car il s'agit sans doute dans la série d'une pierre angulaire témoignant à nouveau de la maîtrise scénaristique de l'auteure.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10044
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Magi - The Labyrinth of Magic

Message non lu par Koiwai » 10 déc. 2015, 19:14

Tome 20 :

Face à la menace du "support", les prémisses de la guerre entre Rehm et Magnostadt sont mis de côté pour laisser place à une étonnante alliance : celle d'Aladin, d'Ali Baba et des autres avec les djennés de l'empire Kô ! Le combat s'annonce intense et acharné pour détruire la très puissante source du mal qui est apparue, mais nos héros n'ont pas le droit de défaillir, car ce n'est rien de moins que la fin du monde qu'ils doivent empêcher !

Mieux vaut être attentif dans la première partie de ce volume, où Shinobu Ohtaka délivre une première phase de combat qui possède autant de qualités que de défauts. En effet, la première partie de ce tome risque de déplaire à certains lecteurs, tant Shinobu Ohtaka s'y enfonce dans de gros clichés qu'elle avait su éviter jusque là, à commencer par une surenchère de puissance et d'alliances qui s'avère malheureusement parfois très confuse, la faute à des planches certes intenses mais pas toujours bien lisibles, et à de nombreux dialogues parfois très basiques, parfois plus intéressants en soulevant de nouvelles informations sur les Rokhs Noirs et les techniques des personnages entre autres. Il va donc sans dire que dans ce méli-mélo très dense, il faudra prendre le soin de faire attention à certaines choses importantes et pourtant balancées un peu à la va-vite.

Mais le jeu en vaut la chandelle, car très vite Shinobu Ohtaka parvient à relancer tout l'intérêt de sa série autour des enjeux, choix d'alliances et manigances des personnages. Assez vite, certains moments comme l'alliance entre Kôen et Ali Baba attisent beaucoup la curiosité, puis par la suite c'est un véritable déferlement de rebondissements et de surprises qui nous attendent. Kôen, Kôgyoku, Kômei, Ali Baba, Shéhérazade, Mogamed, Titos... chacun trouve un rôle à jouer dans ce conflit, certains sont clairement plus marquants que d'autres et peuvent même émouvoir un peu, mais ce sont toutefois les nombreux retours de personnages importants qui marquent. A ce sujet, on n'en dira pas beaucoup plus pour ne pas gâcher la surprise, mais signalons simplement que chacune de ces réapparitions s'intègre très bien dans le combat et ne manque pas d'intriguer autour des évolutions de ces personnages et des choix qu'ils vont faire... A cela, il faut aussi ajouter les nouvelles intrigues au sujet d'Alma Torran, ou encore sur la mission que Mogamed confie à Aladin. les Rokhs Noirs ne pourraient-ils pas redevenir des Rokhs Blancs ?

En somme, malgré quelques lourdeurs (surtout dans la première partie du tome), Shinobu Ohtaka démontre à nouveau qu'elle reste pleinement maîtresse de son récit, en proposant un volume riche qui est sans doute une charnière dans sa série et qui marque avec intensité la fin de la partie Magnostadt.
Image

Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 10044
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Re: Magi - The Labyrinth of Magic

Message non lu par Koiwai » 18 déc. 2015, 13:09

Tome 21 :

La bataille à Magnostadt est désormais terminée, et l'heure est alors venue pour Aladin, Ali baba et Morgiane de retourner à Sindoria, où ils retrouvent nombre de têtes connues, dont certaines s'avèrent inattendues ! Ainsi la première partie de ce tome, tout en reposant plus clairement certaines bases autour de ce qu'il va advenir de Magnostadt, du rôle de Kô ou de celui de Rehm, propose une transition qui se veut haute en couleur, que ce soit en retrouvant de nombreux visages qui ont parfois bien changé, et surtout en renouant avec l'humour dont est capable Shinobu Ohtaka. Et ici, c'est essentiellement ce cher Ali Baba qui, une nouvelle fois, est mis à mal à travers des scènes hilarantes liées à Toto, au gorille qu'il a libéré à Rehm, et surtout à ses nombreux tourments sentimentaux de célibataire qui le minent littéralement, d'autant que des personnages comme Olba et Toto ne sont pas les derniers pour l'enfoncer encore plus sans le vouloir. Après une longue phase sérieuse, cela fait du bien de retrouver l'humour un peu moqueur de la mangaka, d'autant plus qu'elle excelle toujours, avec son coup de crayon assez unique, pour offrir des expressions faciales hilarantes au pauvre Ali. Cela dit, au-delà de l'humour, on est également plutôt charmé par la relation parfois touchante du jeune homme avec Morgiane (plus chou que jamais), et pat la confiance que l'entourage d'Ali Baba accorde à ce dernier, tant il se montre sans fard et sans calculs.

Mais l'humour a beau revenir en force, pas question pour Ohtaka de se reposer sur ses lauriers, et la mangaka poursuit à bon rythme son scénario en ouvrant une nouvelle partie qui s'annonce intéressante, car elle pousse Ali baba à devoir retourner dans un lieu qu'il connaît bien : Balbad. Tandis qu'à Sindoria, aux côtés d'Aladin, nous en apprenons plus sur Yunan, sur son intrigante relation passée avec Sindbad et sur quelques autres choses (la mort et la renaissance des Magi, notamment), l'arrivée d'Ali baba à Balbad s'avère marquante, tant la cité dont il fut le prince a changé sous l'impulsion de l'Empire Kô. La ville a changé en profondeur, paraît plus propre, en apparence dépourvue de ses malheurs d'autrefois... Mais qu'en est-il exactement ? En retrouvant certains de ses anciens compères qui semblent eux aussi avoir changé, Ali découvrira peu à peu une tout autre réalité, où tous les habitants semblent certes pouvoir désormais vivre sans gros souci, mais en ayant visiblement perdu autre chose : leur liberté, leur faculté de pensée et de révolte.
L'impact sur Ali Baba est bien là, surtout dans les deux derniers chapitres qui annoncent une suite très intéressante...
Image

Répondre