Pour Sanpei

Rubrique consacrée aux seinen, c'est à dire des séries se destinant à un lectorat adulte.
Avatar du membre
Koiwai
Rider on the Storm
Messages : 9811
Enregistré le : 18 avr. 2008, 11:52
Localisation : Lille

Pour Sanpei

Message non lu par Koiwai » 12 mai 2009, 23:49

Pour Sanpei
Image
La fiche sur Manga-news

Tome 1:

Trois ans après le mémorable Pays des Cerisiers, les éditions Kana, à travers leur collection Made In, nous offrent enfin la possibilité de nous régaler à nouveau devant une oeuvre de Fumiyo Kono.

Sanpei est un homme retraité d'une soixantaine d'années ayant perdu sa femme il y a peu de temps. Renfermé, un peu bougon et n'attendant plus grand chose de la vie, il part vivre dans la famille de son fils. Mais il ne tarde pas, en triant ses affaires, à tomber sur un carnet que sa femme lui dédie, et où celle-ci a pris le temps, jour après jour, de noter tout ce qui pourrait être utile à son mari: comment repasser, coudre, faire le ménage... diverses recettes de cuisine, ainsi que plusieurs informations sur les goûts et le caractère de son fils et de sa petite-fille. En suivant scrupuleusement ce manuel, Sanpei, qui avait toujours privilégié son travail à sa famille, se met en tête de servir à quelque chose au sein du foyer de son fils et de devenir un véritable homme à tout faire.

"Je ne me suis jamais senti grand goût pour portraire les triomphants et les glorieux de ce monde, mais bien ceux dont la plus vraie gloire est cachée."
Cette phrase d'André Gide, que Fumiyo Kono avoue aimer particulièrement, résume parfaitement l'état d'esprit du manga: ici, rien ne sort de l'ordinaire, la mangaka invite simplement son lecteur à suivre la nouvelle vie quotidienne qui commence pour Sanpei. Rien qui ne sort de l'ordinaire. Et pourtant...
Car à travers cette histoire d'une simplicité à toute épreuve, c'est une oeuvre magistrale que nous offre la mangaka. Dès les premières pages, les personnages nous apparaissent vrais et attachants, et le cadre familier. On a l'impression de connaître Sanpei, sa petite-fille, son fils et sa belle-fille depuis toujours, et le plaisir de les découvrir apparaît quasiment instantanément. Chacun des 17 chapitres (de huit pages chacun) de ce tome permet au lecteur en même temps qu'à Sanpei d'en apprendre plus sur les petits actes quotidiens de la vie, et sur les différents goûts et manies des membres de la famille, qui ont tous un caractère prononcé. Ainsi, on découvre un fils travailleur et secret qui a tendance à récriminer son père, une belle-fille à la poigne de fer sous ses allures d'extrême douceur, et une petite-fille vaguement inexpressive qui voue une véritable passion aux insectes. Peu à peu, certains éléments de leur passé se dévoilent, comme la première rencontre du fils et de la belle-fille de Sanpei. Mais le personnage de Sanpei lui-même n'est pas oublié, et l'on s'attache très vite à cet homme touchant dans sa volonté de bien faire, de changer, de rattraper le temps perdu, même si malgré tout, les souvenirs le guettent, des souvenirs de sa femme décédée, dont la présence se ressent quasiment à chaque page, si bien qu'elle devient un personnage du manga à part entière.
Le souvenir, la mélancolie, la nostalgie, la tristesse apparaissent sans cesse par petites touches durant la lecture, mais cette dernière n'est jamais pesante, bien au contraire. Loin d'être un manga triste, Pour Sanpei se montre souvent frais et amusant. Les gags sont nombreux, la cause en étant souvent Sanpei, qui voit ses actes et décisions de tout nouvel "homme de maison" fluctuer entre réussites et gaffes. Les autres protagonistes ne sont pas en reste, à commencer par la petite-fille, dont l'attitude la rend souvent irrésistible.

Le style visuel, lui aussi, contribue grandement à rendre l'oeuvre attachante. Fumiyo Kono possède un coup de crayon légèrement enfantin, qui offre au titre une impression de légèreté, de fraîcheur et de douceur permanente, qui colle parfaitement au quotidien qui est narré ici. L'ensemble est très sincère et expressif, et il n'est pas rare de sourire devant les expressions faciales des personnages.

Certains titres sont capables de faire varier les sentiments du lecteur entre mélancolie, tristesse, humour, joie et douceur. Pour Sanpei, lui, réussit l'exploit de nous faire ressentir tout ceci à la fois en permanence, pour aboutir sur une vision élogieuse de la vie dans tout ce qu'elle a de plus simple et, peut-être, de plus beau. Nous tenons sans doute là l'une des plus belles nouveautés de cette première moitié d'année 2009.


Tome 2:

Dans ce deuxième et dernier volume de Pour Sanpei, notre sexagénaire continue ses tâches quotidiennes au sein de la famille de son fils. Cependant, de nombreux évènements viennent troubler ce quotidien, entre la découverte par le lecteur des parents de Reika, les bizarreries de Nona à l'école, une dispute conjugale, et l'intérêt sans cesse grandissant de Mademoiselle Senkawa pour notre "héros".

Ainsi, le titre de Fumiyo Kouno continue de faire évoluer les personnages, en jonglant toujours aussi habilement entre scènes amusantes (passant souvent par la si attachante et cocasse Nona) et moments de profonde mélancolie, mélancolie qui se retrouve dans tous les principaux personnages, à commencer, bien entendu, par Sanpei, qui ressent toujours la présence de sa femme à travers le carnet qu'elle lui a laissé. Egalement, la mangaka, à travers nombre de descriptions par étapes et d'informations, rend parfaitement compte des différentes tâches ménagères effectuées par Sanpei, si bien que le lecteur pourrait sans problème en réaliser certaines après la lecture.

Les dessins légèrement enfantins et expressifs de Kouno sont toujours un plus indéniable et contribuent grandement à rendre le titre si attachant.

Au final, on se retrouve face à une chronique douce-amère de la vie quotidienne réussie en tous points, et ce jusqu'à un final qui conclut la série comme elle a commencé, et ce n'est sans doute pas plus mal. Et on referme ce dernier tome en ayant réellement l'impression d'avoir lu un manga unique.

Du côté de l'édition, Kana a effectué un travail satisfaisant au niveau de la traduction et de l'impression, même si l'éditeur nous avait habitué à un papier de meilleure qualité sur ses titres de la collection Made In (mais rassurez-vous, le papier reste tout de même très correct). La première page en couleurs est, elle aussi, sympathique. Seul véritable bémol: aucune note d'explication n'est présente au sujet des quelques références proprement japonaises, ce qui aurait pu être intéressant pour un lecteur novice.
Image

Sorrow
Messages : 1270
Enregistré le : 14 janv. 2008, 22:28
Localisation : Entre deux mondes

Re: Pour Sanpei

Message non lu par Sorrow » 15 sept. 2009, 20:27

Décrire le quotidien d'une famille, quelle que soit son origine, et parvenir à le rendre à la fois simple, touchant, amusant et profond, ce n'est pas à la portée de tout le monde. Il est plus facile de décrire des actes de bravoure, de faire dire à ses personnages des grandes tirades, et de leur faire vivre des aventures qui sortent de l'ordinaire, ou bien de se concentrer sur l'humour. Mais ce titre de Fumiyo Kouno, une mangaka que je suivrai dorénavant avec beaucoup d'intérêt, y parvient comme par magie dès le début.
Son Pour Sanpei entre dans la catégorie de ces mangas qui nous enchantent dès les premières pages, qui nous happent dans leur univers, et nous rendent leurs personnages, pourtant si banals, immédiatement proches de nous et attachants.
Et la raison principale est le trait de la mangaka. Je le sais, beaucoup de lecteurs moyens seront rebutés par ce dessin aux allures un peu enfantins, très crayonné. Mais c'est ce trait qui pourtant nous plonge pourtant tout en douceur dans la vision de la mangaka. C'est ce dessin qui illustre parfaitement sa phrase favorite, dont chaque chronique que j'ai pu lire mentionne à un moment ou à un autre. "Je ne me suis jamais senti grand goût pour portraire les triomphants et les glorieux de ce monde, mais bien ceux dont la plus vraie gloire est cachée."

Mais c'est inévitable. Cette phrase fait partie intégrante de son travail, de son approche et de son trait. Être capable de nous raconter une histoire si simple, non basée exclusivement sur les relations amoureuses, l'humour, un personnages haut-en-couleur, ou des péripéties rocambolesque, et pourtant de laquelle pas à un moment on ne décroche ou ne s'ennuie, c'est tout simplement bluffant.
À l'image de ce manga, ma chronique est sobre, et n'entre pas dans les détails. Ce manga joue énormément sur le ressenti, notre appréciation des petites choses qui nous entoure dans notre quotidien, et sur notre affection pour des personnages simples, sans grands éclats, qui mènent juste leur vie comme tout le monde, mais dont l'histoire mérite autant d'être raconté que celle des puissants et des élus, car souvent bien plus porteuses de leçons et de bons conseils que nous pouvons appliquer dans notre vie quotidienne.

Entre les petits conseils pratiques dispensés à travers ce premier volume (vivement que j'achète le second !); les touches d'humour dispersées tout le long du manga, en parfaite harmonie avec le reste; les petites réflexions et interrogations parfaitement crédibles de nos attachants personnages; et ce dessin qui nous pousse à nous replonger dans l'oeuvre plus d'une fois, Pour Sanpei est un manga indispensable pour ceux qui aiment les tranches de vie et ceux qui veulent lire un titre qui sort des sentiers battus de la production actuelle.
Un coup de coeur énorme en ce qui me concerne.
Pour tous ceux qui ont aimé Yotsuba, Sing "Yesterday for me, et Mes voisins les Yamada.
"Les bons livres sont une ancre pour ton bateau dans le port de la vie. Même si une grande vague arrive, ton bateau ne sera pas emporté. Tu pourras mettre les voiles quand tu auras accumulé suffisamment de forces et de connaissances."
"Et moi aussi j'ai un rêve stupide qui me tient à coeur. Il est temps de me bouger pour le réaliser."
"Don't Think, Feel!"

Répondre