Saint Seiya

Destinés à un public adolescent masculin mais faisant néanmoins fureur chez certain(e)s adultes et/ou jeunes filles, les shonen ont droit à leur propre rubrique!

Votre avis

Excellent
19
45%
Trés bon
12
29%
Bien mais pas top
3
7%
Mauvais
6
14%
Minable
2
5%
 
Nombre total de votes : 42

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6383
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Saint Seiya

Message non lu par Erkael » 03 juin 2007, 18:02

Image Image Image

Auteur: Masami Kurumada
Nombre de volumes au Japon: 28 (série terminée)
Nombre de volume e France: 28 (série terminée)
Editeur France: Kana


Qui ne connaît pas cette œuvre culte qu'est St Seiya? Peut être plus de monde qu'on pourrait le croire! Sans doute que beaucoup de monde connaît l'animé mais peut être que le manga est inconnu de pas mal de lecteurs que le graphisme a pu repousser... et puis la jeune génération de lecteurs est peut etre passé à coté...
Une petite (ou pas) présentation s'impose!

Avant toute chose, l’univers de St Seiya :
Au commencement eu ce qu’on appelle le Big bang, il sera suivi du Big will, la volonté divine, des éclairs de lumière se répandent à travers tout le cosmos conférant une âme à tout ce qu’ils touchent ! Tout homme qui réussit à unir son esprit avec le « big will » devient un Dieu. Zeus, Hadès et Poséidon sont les premiers humains à s’éveiller au big will et à être vénéré comme des Dieux. Leurs âmes sont immortels mais pas leurs corps, ainsi ils doivent se réincarner par cycle (environ de 250 ans).
Les guerres saintes opposent les Dieux pour la conquête de la Terre. La première qui a lieu oppose Poséidon à Athéna. Ce dernier choisit ses 7 plus grands guerriers et les équipes d’armures d’orichalque (issu d’un météorite tombé sur l’Atlantide). Athéna perd la bataille et tous les hommes sont vaincus, ils ne reste plus que des adolescents : elle décident de leur forger des armures (voilà pourquoi se sont des adolescents qui les portent encore aujourd’hui) s’inspirant des 88 constellations du ciel : 12 armures d’or au sommet de la hiérarchie, 24 armures d’argent et 48 de bronzes (+ 4 de natures inconnus). L’ordre des Saints (Chevaliers en Français) est créé ! Poséidon est vaincu et son ame enfermé.
7 générations plus tard, Athéna fait érigé 12 temples : le sanctuaire en Grèce. De nouvelles guerre sainte ont lieu, opposants les saints aux Titans, puis à Ares, lors de ce conflit Athéna autorise pour la 1ere fois ses chevaliers à utiliser des armes (celles de l’armure de la Balance). Au 18em siècle Hadès apparaît sur Terre et les 79 chevaliers d’Athéna présents entre en conflit (à ce jour, jamais les 88 armures n’ont toutes trouvés possesseurs en même temps, d’autant plus que l’armure du Phénix n’avait elle, jamais trouvé de chevalier suffisamment puissant pour la conquérir.) 77 chevaliers mourront, seuls 2 chevaliers d’or en réchappent : Sion du Bélier et Dohko de la Balance… l’un d’eux devient grand Pope, seigneur des saints d’Athéna, quand au second il se voit confié une mission de toute importance…
250 ans plus tard, notre histoire commence…

L'histoire:
L'histoire commence avec Seiya, jeune garçon qui vient de conquérir au prix d'un lourd entraînement, l'armure de bronze de Pégase! Il rentre au Japon ou est organisé un tournoi, sous la direction de Saori Kido, entre les orphelins qui avaient été envoyés il y a des années dans différents lieux d'entraînements pour gagner le droit de porter des armures de bronze. La récompense de ce tournoi n'est autre que la légendaire armure d'or du Sagittaire... mais alors que les combats s'enchaînent, revenu de l'île de la mort, terrible lieu d'ou personne n'était revenu avant lui, Ikki, le chevalier de bronze du Phénix, vient dérober l'armure...
Quatre chevaliers de bronze (Seiya de Pégase, Shiryu du Dragon, Hyoga du Cygne et Shun d'Andromède qui est le frère de Ikki), se mettent en quête de l'armure et du renégat... mais très vite une puissance bien supérieur va rentrer en jeu pour convoiter cette armure: le Grand Pope, maître du sanctuaire et représentant d'Athéna sur Terre, et donc dirigeant normalement les 88 chevaliers d'Athéna! Il décrète que nos héros sont des renégats et envoit des chevaliers d'Argent, chevaliers d'une puissance bien supérieur, d'un rang supérieur, pour les éliminer. Mais aidé d'Ikki, les 5 chevaliers de bronze vont miraculeusement leur tenir tête, sous la protection de Saori qui est la véritable incarnation d'Athéna... Ils vont devoir tenir tête à l'armée du traître...
Malheureusement pour eux, ils apprennent qu'il existe en fait 12 chevaliers d'or, les 12 hommes les plus puissant de l'ordre, 12 hommes possédant une puissance incommensurable, et que ceux ci sont également sous les ordres du Grand Pope... Ils vont alors se rendre au sanctuaire pour traversé les 12 temples des chevaliers d'or... mais heureusement ils disposent du soutien de certains d'entre eux qui ont reconnu Saori comme la véritable Athéna!

Voilà pour le 1er arc qui se scinde en 2 parties, l’avant et l’après sanctuaire ! Après les héros seront confrontés à Poséidon qui déclenche un déluge pour purifier la Terre ; les chevaliers vont devoir aller dans son royaume sous marin pour détruire les 7 piliers qui soutiennent les 7 mers afin de faire descendre le niveau de l’eau sur Terre. Mais chaque pilier est gardé par un des généraux de Poséidon

Enfin, dans le dernier arc qui est lu plus excitant car le moins linéaire, Hadès et ses 108 spectres attaquent le sanctuaire… mais au lieu de tomber face aux chevaliers de Bronze, ils vont se frotter aux chevaliers d’or encore en vie qui gardent toujours leur temples ! Ensuite bronze et or se rendront au royaume d’Hadès pour affronter les juges des enfers et enfin les Dieux !!

Personnages principaux
- Seiya : chevalier de bronze de Pégase qui héritera par la suite de l’armure d’or du Sagittaire, Seiya est le héros insupportable par excellence qui se fait voler la vedette tout le long de la série. Il a acquis son armure au sein même du sanctuaire de ce fait il connaît plusieurs de ses adversaires. Il recherche sa sœur dont il a été séparé quand ils étaient enfant…il vient à supposer qu’il pourrait s’agir de son maître, Marine, chevalier d’argent de l’aigle. Constamment mis en avant, c’est toujours lui qui s’occupe du combat final alors qu’il n’est pas le plus puissant, il est juste très tenace (ça en est même pénible), et qu’il encaisse les coups incroyablement bien… grâce à ça, il finit toujours par se relever pour puiser dans son cosmos, grâce aux paroles d’Athéna, une nouvelle énergie ! Il est creux ! C’est le type de héros lisse qu’on a envie de voir mourir, c’est d’autant plus agaçant que Saori n’en a que pour lui, et ses potes bien plus charismatiques, se réfèrent constamment à lui. Toujours la même rengaine « Athéna donne moi la force ! »…
- Shiryu : le préféré de beaucoup, Shiryu à acquis son armure du Dragon en étant le disciple du vieux maîtres des cinq pics en Chine, qui n’est autre que le chevalier d’or de la Balance, le plus sage de tous les chevaliers. Orphelin lui aussi, bien que son entraînement soit très pénible, un lien filial se crée entre lui et son maître, au cours de ce même entrainement, il rencontrera l’amour de sa vie, Shunrei, une orpheline qui sera un moteur pour Shiryu, il se battra toujours pour elle. Bien qu’inexpérimenté, il possède un peu de la sagesse de son maître et ne se lance pas tête baissé dans la bataille. Plus que n’importe lequel de ses compagnons il possède un grand sens du sacrifice. Toujours calme, une fois rentré dans une colère folle plus rien ne peut le stopper
- Hyoga : Chevalier du Cygne, il a gagné son armure en Sibérie auprès du Chevalier d’or du Verseau. Hyoga est un personnage très calme, froid par moment même, du moins au début, par la suite on apprendra son lourd passé… il a assisté à la mort de sa mère qui se trouve au fin fond de l’océan sous les glaces de Sibérie, à plusieurs reprises il sera tenté de se laisser aller vers la mort pour la rejoindre mais sa dévotion à Athéna et son amitié envers ses amis le pousseront à se relever ! Hyoga c’est un peu le cas social du groupe, quoi qu’il lui arrive se sera forcément un drame, dés qu’il retrouve un vieil ami c’est pour le voir mourir quand il ne doit pas le tuer lui même… c’est étonnant qu’il ne sois pas dépressif !
- Shun : Chevalier d’Andromède, il a acquis son armure en subissant le supplice de sa protectrice Andromède, en étant attaché à un rocher par une chaîne et devant se libérer avant qu’il ne meurt noyé par la montée des eaux. Son maître, Albior, chevalier d’argent de Persée, à vite repéré son énorme potentiel malgré sa nature douce et fuyante… en effet Shun c’est un peu la chochotte du groupe, toujours à pleurnicher qu’il ne veut pas se battre, qu’il ne veut pas faire de mal à ses adversaires, alors les tuer c’est même pas la peine d’y penser ! Jeune frère de Ikki, il est toujours à pleurnicher derrière lui, et pourtant il est sans doute le plus puissant des chevaliers de bronze, une force caché dort en lui, mais il refuse de la réveiller. Il est le seul parmi les héros à se servir d’une arme : la chaîne d’Andromède aussi efficace en attaque qu’en défense.
- Ikki : tout d’abord l’ennemi des autres chevaliers de bronze, il se ralliera à eux réalisant qu’il avait fait fausse route. Envoyé tout jeune sur l’île de la mort pour prendre possession de la légendaire armure du Phénix, bien que de bronze, elle dispose de pouvoir immense, d’ailleurs Ikki est le 1er chevalier à réussir la revêtir depuis la création des armures il y a des siècles. Rendu fou par son entraînement inhumain et son cruel maître, quand il reviendra au Japon il tiendra pour responsable ses anciens amis dont son frère qui aurait du partir sur l’île de la mort à sa place. Une fois qu’il les aura rejoint il sera le plus précieux des alliés, tout simplement car il est presque aussi puissant qu’un chevalier d’or. Ikki est un personnage plus que discret, qui paraît antipathique mais à l’inverse d’un Vegeta, il ne se cherche pas d’excuse pour venir aider ses amis, son affection pour eux est entière, en particulier pour Shun son frère qu’il vient constamment aidé. Le problème d’Ikki c’est que c’est une feignasse, quand ses potes partent pour une bataille, lui n’intervient que bien plus tard (histoire de faire une entrée en scène bien classe !)… on n’a jamais su ce qu’il faisait pendant ce temps… rester devant sa console ou dans des salles d’arcade, se défoncer à la bière, travailler dans un mcdo pour payer les réparations de son armure… on ne le saura jamais ! :lol:

Toujours le même schéma !
Effectivement, on a beaucoup reproché à St Seiya sa linéarité et ses répétitions ; Athéna est en péril alors les chevaliers de bronze partent vaincre leurs adversaires dont le nombre est clairement défini de suite, chacun étant gardien de quelque chose : Ikki et les 4 chevaliers noirs gardant les pièce de l’armure du Sagittaire, les 12 chevaliers d’or gardant les temples à traverser un pas un, les 7 généraux de Poséidon gardant un pilier chacun…
Répétitif, un peu oui, mais pas tant que ça, on fait souvent ce reproche à St Seiya en y englobant la saga Asgard construite sur le même schéma que le sanctuaire et Poséidon mais c’est oublier que cette partie n’existe pas dans le manga, elle n’a été créée que pour l’animé… du coup l’argument perd un peu de son crédit, surtout quand on regarde le dernier arc, Hadès, qui n’obéit pas du tout à ce principe, le 1er tiers, la situation est inversé, ce sont les adversaires qui attaquent, les héros, qui sur le coup ne sont plus les chevaliers de Bronze, défendent leurs positions cette fois, et même une fois dans le royaume d’Hadès, tout est assez original (nouvel allié qui intervient, trahison d’un des leurs, Athéna elle même qui prend part au combat…)
Linéaire… pas tant que ça, ça aussi c’est un faux reproche ! C’est peut être plus vrai pour l’arc Poséidon, mais c’est le plus court et le moins intéressant. L’arc du sanctuaire malgré une linéarité annoncé (tous partent traversé les 12 maisons ensemble, les unes après les autres), on a droit à plusieurs retournement de situation qui sont de vrais surprises (téléportation de l’un d’entre eux qui passent de la maison du Gémeaux à celle de la Balance ; intervenants extérieurs ; changement de camps de certains personnages…)
Là ou c’est vraiment répétitif (voir agaçant) c’est le comportement des héros… Seiya commence toujours par se prendre une branlée avant d’appeler Athéna à son secours… il entend sa voix, se relève pour la 56em fois et lui par contre terrasse ses adversaires en 1 coup ! Ikki qui débarque toujours en plein milieu de la bataille quand son frère est en train de déguster (on sait jamais ce qu’il fout), ce dernier toujours à pleurnicher qui refuse de faire du mal à son adversaire, Shiryu, on sait qu’il finira par se sacrifier pour sa déesse, Hyoga toujours à pleurer sa mère morte depuis 10 ans… ça par contre c’est toujours la même chose !

Une révolution malgré tout !
Mais alors qu’est ce qui plait tant dans cette série, certainement pas le graphisme (j’y viendrai plus tard)… non ce qui fait la force de ce titre c’est son concept !!
En plus d’avoir contribué à inventer les codes classiques du shonen avec Dragon Ball, comme la force invincible de l’amitié, l’esprit de sacrifice pour une cause, le fait de repousser toujours plus loin ses limites… et j’en passe ; St Seiya est un coup de génie de l’auteur grâce à son hypermyth : un mélange de toutes les croyances et religions du monde entier, ou prédomine grandement la mythologie grecque mais ou l’on trouve aussi des références au Bouddhisme, à la mythologie Nordique, à la chrétienté, et à diverses croyances paiënnes et tout ça sans que ce cela paraissent choquant ! Ajouter à cela le principe des chevaliers sacrés portant des armures sous la protection d’une constellation, la hiérarchie de ses chevaliers et tout l’univers qu’il y a autour… et on obtient un manga d’une richesse impressionnante et vraiment très attrayant (qui parmi les moins jeunes ici, qui ont regardé la série au club Do étant gamin ne s’est pas penché sur la mythologie grâce à St Seiya ?)

Un graphisme… très reconnaissable
On pourrait qualifier le graphisme de Kurumada de paradoxale… en effet, autant le reconnaître, son trait est vraiment vilain, il ne sait pas dessiner les personnages, il ne maîtrise pas les perspectives, il a du mal à retranscrire une action ou un mouvement… mais là ou il rattrape le tout c’est en ce qui concerne les armures… elles sont de plus en plus belles et contrastent avec les vilains personnages qui les portent !
Au départ même ça c’est pas fou, les 1ere armures des chevaliers de bronze sont toutes carrés, assez vilaines, et même la 1ere mouture de l’armure du Sagittaire est tout bonnement… affreuse !
Par contre quand il se met à dessiner les armures d’or, là ça commence à être d’un autre niveau, et cela n’aura de cesse de s’améliorer… les armures de Poséidon et de ses généraux sont très belles et originales, mais là ou on atteint des sommets, c’est pour les spectres d’Hadès dont les armures en plus d’être très complexes sont elles aussi très originales, on ne retrouve pas en elles des éléments des précédentes armures créées. Alors si en plus on parles de l’armure d’Hadès lui même et des dernières versions des armures des 5 héros… ce sont de vraies armures divines, au sens propre comme au figuré !

Anecdotes:
- Kurumada étant Sagittaire, il n'avait prévu au départ qu'une seule armure d'or qui devait être le Sagittaire donc... mais à la demande des lecteurs il a créé les autres armures d'or, il a ainsi remanié son scénario et a du redessiné une nouvelle armure d'or du Sagittaire qui dépareillait grandement avec les nouvelles (d'ou l’explication bancale la concernant...)
L'armure qu'il voulait ainsi mettre en avant se retrouve être celle qu'on voit le moins car elle est la seule dont le chevalier est décédé dans l'histoire!
- Kurumada n’a jamais vraiment compris pourquoi son héros Seiya n’était pas aimé du public !
- Il est fort possible qu'il faille voir dans le personnage de Kido, le grand père de Saori, la réincarnation de Zeus... il est le "père" spirituel d'Athéna, et surout comme Zeus, il a une centaine d'enfant...

Image
Ici le lien vers la préquel, Saint Seiya G
Pour l'animé c'est Ici
Modifié en dernier par Erkael le 27 sept. 2007, 08:50, modifié 7 fois.
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6383
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Message non lu par Erkael » 03 juin 2007, 18:36

SAINT SEIYA NEXT DIMENSION
Image
Auteur: Masami Kurumada
Nombre de tomes au Japon: 2
Nombre de tome en France: 1
Edité chez Panini


Vingt ans après la fin de la première série Saint Seiya qui totalisera 28 volumes, quelques années après des séries dérivées dessinées par d’autres auteurs, Kurumada revient à sa série phare, celle qui a fait de lui un des auteurs les plus connus et une référence dans le milieu ! Il reprend lui même son crayon et se lance à nouveau dans l’aventure !

Alors que Seiya et ses compagnons font face à Hadès, leur ultime adversaire, celui ci se souvient que 250 ans auparavant, le même chevalier Pégase l’avait blessé…nous plongeons alors dans le passé, au tout début de la précédente guerre sainte !

Bien que terriblement attendu par des milliers de fans (des millions ?) ont peut malgré tout se poser la question de la légitimité de cette nouvelle série : d’une part Kurumada, bien que possédant un statut de superstar du manga, reste un auteur décrié pour son dessin assez vilain, il faut le reconnaître, avec des personnages qui se ressemblent tous, aux personnalité basiques, mais également par ses scénarios un peu trop linéaires et les clichés du shonen dont il abuse à outrance (mais en même temps il est l’un de ceux qui ont posés les bases de ces clichés.)
D’autre part, pourquoi reprendre une partie de la saga Saint Seiya qui est déjà traité dans Lost Canvas, dont il a participé au scénario ?

Pour le premier point, pas de miracle, Kurumada dessine toujours comme Kurumada, les personnages ont toujours les mêmes expressions, on toujours des gouttes de sueur froide sur la joue toutes les deux cases, leurs personnalité ne s’arrange pas, ils s’affrontent sans raison, Tenma est présenté comme un abruti fini qui se jettent sans réfléchir sur n’importe qui, l’auteur replonge lui même dans ses vieux démons avec l’importance de la valeur de l’amitié, de la confiance…il nous ressort même le mythe du combat de mille jours entre deux chevaliers d’or alors que depuis des lustres ont a assisté à des affrontements de chevaliers qui n’ont jamais excédé l’heure…après tout c’est son œuvre, il en fait ce qu’il veut!
Pour le second point on est très vite rassuré : si on retrouve les quatre principaux protagonistes, à savoir Shion du Bélier, Dohko de la Balance et Tenma de Pégase, avec bien entendu Alone en incarnation d’Hadès, les évènements ne sont pas les mêmes ou tout du moins ne se déroulent pas dans le même ordre. On retrouve également des personnages différents par rapport à Lost Canvas : apparaissent déjà deux des trois juges des enfers, et alors que l’on s’attend à retrouver Minos et Eaque, il s’agit de deux chevaliers portant des noms différents, dont un est lié aux héros : il est alors inévitable que l’histoire prenne une route différente. Pour ceux qui doutent encore, en rabat de couverture, le résumé du tome deux nous annonce la venue de Ox du Taureau et de Izo du Capricorne qui ne sont pas ceux de Lost Canvas…il s’agit bel et bien d’une série différente ! Mais alors une des deux n’est elle pas de trop dans la mythologie Saint Seiya ?

Plus qu’un flash-back, pas tout à fait une suite, Next dimension semble être les deux à a fois, le résumé du tome deux nous annonce des évènements faisant suite à la défaite d’Hadès à la fin de la série d’origine…visiblement nous suivront deux histoires, passé et présent (futur ?) en parallèle. Tous les doutes sont levés et les fans de Saint Seiya ne peuvent que s’en réjouir !

Si le dessin de Kurumada n’a pas beaucoup évolué, il reste largement abordable et le travail fait sur les armures lui par contre n’a pas faibli. L’intégralité de la série étant en couleur, cela amène une nouvelle vision de son travail, celle ci fait largement passer la pilule de son trait ressemblant à un amateur. Le rendu est vraiment beau, la quadrichromie étant merveilleusement utilisé pour de nombreuses nuances donnant un magnifique résultat.

Qu’on le veuille ou non, Panini fait ici du très bon travail en respectant l’œuvre original pour un prix qui n’est excessif pour un volume entièrement en couleurs…bien entendu on aurait préféré débourser moins mais cela reste raisonnable. De là découle par contre une autre question : pourquoi d’autres titre du même éditeur qui eux ne sont pas en couleurs doivent être payé plus cher ? Par exemple, Saint Seiya episode G (pour rester sur Saint Seiya), les tomes ne sont pas plus épais, on a droit à 3 pages couleurs pour le même prix, pas moins…

Malgré les réticences que l’on pouvait avoir par rapport à cette suite un peu particulière de l’auteur qui reprend lui même sa série alors qu’il avait confié cette partie à d’autres, on a là une très agréable surprise et pour le coup on attend le second tome avec encore plus d’impatience que le premier.
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
Floo D Ace
Messages : 3810
Enregistré le : 25 sept. 2004, 19:56
Localisation : Strasbourg

Message non lu par Floo D Ace » 03 juin 2007, 18:46

Franchement terrifiant cet article chapeau melon Erky....

J'ai voté Execellent ....bah malgré les défaut que t'as citez et avec lesquelles je suis tout a fait d'accord St.Seiya c'est un classique lol...les dessins sont pas super super et le scénario est parfois répétitif...mais franchement qu'est ce qu'il est bon ce manga un pur classique shonen... :roll:

Avatar du membre
Blacksheep
Messages : 1787
Enregistré le : 08 avr. 2007, 09:27
Contact :

Message non lu par Blacksheep » 03 juin 2007, 18:53

Excellent article j'ai appris plein de choses aussi et pourtant je suis aussi un grand fan, tu dois être plus maniaque que moi :lol:
Pas grand chose à rajouter, j'ai voté très bon un peu à cause du dessin et surtout parce qu'à mes yeux le travail de Shingo Araki sur l'anime a grandement participé au succès du manga en corrigeant - de très loin- les défauts du manga papier. Un classique indispensable!
"Dès qu’on tombe amoureux, on devient des menteurs" Harlan Ellison
"Tout homme normal est tenté à un moment de sa vie de cracher dans ses mains, de hisser le drapeau noir et se mettre à trancher des gorges." H. L. Mencken
Image

Avatar du membre
Daigoro
Messages : 2186
Enregistré le : 04 févr. 2005, 18:51
Localisation : Edo

Message non lu par Daigoro » 03 juin 2007, 18:56

a voté !!! très bon, ca fait longtemps que je ne l'ai pas relu et mes souvenirs restent très bons - après avec tous les nouveaux shonens que je viens de lire p'têtre que ca a un peu vieilli ... mais bon je crois que pour tous, les 1ères séries lues restent excellentes - moi c'est pour dragonball et seiya ...

edit : j'avais oublié dans un 1er temps de féliciter erki pour cet article digne de paraître dans coyote ou dans animeland...
Modifié en dernier par Daigoro le 03 juin 2007, 19:01, modifié 1 fois.
Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6383
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Message non lu par Erkael » 03 juin 2007, 18:58

Tout d'abord merci pour les félicitations!

Ensuite Shinob, je suppose que cette réponse fait référence à ce que je dis dans le topic St Seiya G (merde si on doit chercher les réponses d'un topic à l'autre, on va pas s'en sortir :lol: )

Blacksheep: je me suis posé la question... est ce que St Seiya aurait marché en France si il n'y avait pas eu l'animé en premier lieu? Meme au Japon, l'animé est arrivé assez vite, ce qui a sans doute eu un effet boomerang sur le manga... et franchement je ne suis pas sur...car il est vrai que Shingo Araki a fait un travail magnifique (mais j'y reviendrai dans mon article sur l'animé :wink: )
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
IKKIsama
Messages : 516
Enregistré le : 10 févr. 2007, 22:29
Localisation : Death Queen Island

Message non lu par IKKIsama » 03 juin 2007, 19:41

Super article sur le manga qui a inspiré le meilleur des animés diffusés dans le Club Dorothée.
Modifié en dernier par IKKIsama le 03 juin 2007, 19:50, modifié 1 fois.
Image

Avatar du membre
Erkael
Entité Démoniaque
Messages : 6383
Enregistré le : 01 juin 2004, 12:45
Localisation : Bordeaux

Message non lu par Erkael » 03 juin 2007, 19:46

Le probleme sur les personnages principaux c'est que Kurumada n'arrivent pas à choisir un seul champion ou héros... il en a à la pelle... bon ben il faut choisir :?

:wink:
On ne peut pas gagner à tous les coups mais on ne peut pas perdre à chaque fois non plus!

Image

Avatar du membre
IKKIsama
Messages : 516
Enregistré le : 10 févr. 2007, 22:29
Localisation : Death Queen Island

Message non lu par IKKIsama » 03 juin 2007, 19:52

J'ai édité car en fait c'est très bien comme ça. Je pensais à Saori et à un autre personnage qui pourrait spoiler les néophytes.
Image

Avatar du membre
né un11septembre
Messages : 2939
Enregistré le : 06 août 2006, 12:38
Localisation : Quelque part en Belgique civilisée

Message non lu par né un11septembre » 03 juin 2007, 20:43

rapidement lassé par la repetition des combats de l'animé. j'ai un peu hesité à acheter la serie et je l'ai finalement empruntée et lue mais c'est definitivement pas une serie a mon gout.

Mais je reconnais moi aussi que le design des armures distrait agreablement de la mediocrité du scenario et du reste du dessin.
Image

Répondre